FURIES
Plus d'infos sur FURIES
Heavy Metal/Hard Rock

Fortune's Gate
Aldo
Journaliste

FURIES

«Un joli rush d’adrénaline, qui s’écoute avec plaisir, et un intéressant cocktail mixant la douceur de la madeleine Proustienne avec une certaine modernité dans le traitement»

10 titres
Heavy Metal/Hard Rock
Durée: 48 mn
Sortie le 16/10/2020
514 vues

« Dis donc, mon Roger, tu te souviens du bon temps ? Tu sais, quand on allait au collège avec notre sac US bardé des logos de nos groupes préférés amoureusement tracés au marqueur? Et nos vestapatches ? Hein que c’était le bon temps ? On squattait chez les disquaires pour dégoter les vinyles les plus chouettes, on cherchait les trucs les plus électriques et rapides, que personne n’écoutait. On kiffait les solos à rallonge à 130 notes à la seconde, les gros riffs bien hargneux, et les chanteurs qui se les prenaient pour cracher les notes les plus hautes…Rhalala, quand on y pense…C’pas comme maintenant, hein, mon Roger ? Des groupes comme ça on n’en fait plus, de nos jour… »

Sauf que le pote à Roger, il devrait jeter une oreille sur le quatuor qui nous intéresse présentement. Parce que bien que la formation qui nous intéresse aujourd'hui soit construite autour de deux garçons et deux filles,avec les FURIES on n’est pas chez ABBA… ou alors écrit pas pareil ( « Abats », c’est tout de suite plus saignant, non ?).

Oui parce que les FURIES, leur credo, c’est le riff bien speed de chez NWOBHM, celui des années 80, la Strat branchée dans le Marshall, avec la basse qui cavale à côté façon fraise (Tagada, tagada…merci, elle est pour moi celle-là). Bref vous l’aurez compris, ici on aime les classiques rosbeef (IRON MAIDEN, JUDAS PRIEST, ce genre de chose…), on n’est pas venu pour roucouler des sucreries scandinaves.

Jusque dans les vêtements (du cuir, des clous…), le quartet parisien joue à fond la carte du vintage, procurant une jolie madeleine de Proust à tous les « sculpteurs de menhir » qui connurent un certain âge d’or du Metal en France. Et vas-y que je te fais du solo harmonisé à deux guitares,et que Bruce Dickinson jette un sort aux cordes vocales de la chanteuse Lynda Basstarde (également bassiste, d’où le pseudo), laquelle fait la démonstration d’une puissance vocale exemplaire. La batterie n’est pas en reste : c’est carré, bien speed comme à l’époque.

Le tout est exécuté de façon irréprochable, et très musicale. Loin de tomber dans les clichés (quoique...), les compos sont efficaces et bien troussées. Les soli, bien que techniques, ne sonnent pas du tout « branlette de manche » (Yngwie, toi et tes tartines d’autobronzant, vous sortez !). C’est certes spectaculaire, mais plutôt pertinent : on n’est pas dans la démonstration interminable et c’est appréciable. On utilisera plutôt le terme de « pastiche » (i.e. : on évoque un style) que celui de "parodie" (i.e. : on s’en moque) pour définir la matière de cette galette.
On notera en passant quelques incursions dans le proto-metal symphonique (« Fortune’s Gate » que ne renierait pas un EPICA, un WITHIN TEMPTATION) voire le Thrash (« Never Say Die ») qui viennent heureusement diversifier le propos.

Petit « bémol » (déjà noté par ailleurs chez d’autres formations de nos contrées) : l’accent français parfois prononcé de Lynda qui pourra par moment laisser un arrière-goût de kitsch et casser le charme…cela dépendra de la sensibilité de l’auditeur.
Les fans de SORTILEGE, ADX et consorts apprécieront par ailleurs le texte en français de « Antidote ». Votre serviteur a eu personnellement plus de mal, mais il n’est quant à lui pas trop fan de ce genre d’exercice dans ce contexte. Appréciation purement personnelle, donc…

Même si la tendance est au « Dragonforce à la française » (pour le speed, les soli), les FURIES ne se contentent pas de cela et proposent avec « Fortune’s Gate » (l’album, pas le morceau) un joli rush d’adrénaline, qui s’écoute avec plaisir, et un intéressant cocktail mixant la douceur de la madeleine Proustienne avec une certaine modernité dans le traitement (production exemplaire et très actuelle). De la belle ouvrage, qui rappellera le bon temps à Roger !