Formed In Disgust
Anibal BERITH
Journaliste

ATROCIOUS ABNORMALITY

9 titres
Brutal Death Metal
Durée: 29 mn
Sortie le 04/03/2016
3430 vues
'Formed In Disgust' n'est que le 2ème album de cette formation de Brutal Death américaine (Caroline du Nord) après 'Echoes Of The Rotting' sorti en 2007. Au nombre de 3, Steve Green (guitare/chant), James O'Neal (Basse) et Brent Williams (batterie), ATROCIOUS ABNORMALITY délivre un Brutal Death puissant et gras avec une basse particulièrement présente et mis en avant à la production. Cet album me fait penser aux 1ers albums de CANNIBAL CORPSE du temps de Chris Barnes avec ce son lourd saturé et ce growl caverneux bien dégueulasse.
Rien de bien novateur sur cette galette si ce n'est du plaisir à prendre une grosse claque sur près d'une demi-heure. Les titres se suivent et se ressemblent mais quand on aime (et j'aime) on ne compte pas et surtout on aime les blast beats entrecoupés de growls profonds et de riffs tranchants comme des rasoirs.

Après le 1er titre 'Failed Apocalypse' servant d'intro et nous indiquant que la planète va exploser et qu'il faut évacuer pour survivre, les 1ers riffs profonds sont lancés sur fond de double caisse et de mid tempo. Grosse basse, tout se met en place, la « mélodie » s'installe, l'auditeur est progressivement mis dans le bain pour en prendre plein la tronche la prochaine demi-heure !
'Exterminate The Apostles' nous fait découvrir le growl death crade et caverneux de Steve Green. Pour le reste c'est brutal, Brent s'en donne à cœur joie à coup de blast beats massacreurs et James à coup de basse slappée à la CRYPTOPSY.
Vous l'aurez compris, les titres s'enchainent de la sorte avec toujours autant de brutalité et pas de grosses innovations tant techniques que mélodiques. 'Storm Of Ash' apporte une back voice hurlée accompagnant bien le growl puissant principal. 'Erotic Tales Of Disembowelment' est sur un rythme encore plus rapide que ses prédécesseurs avec un growl toujours plus terrible et ne faiblissant pas. 2 breaks à la basse en solo structure le titre avec l'alternance du growl et de la back voice.
Place au titre éponyme en milieu de partie : court et efficace avec un riff lourd et gras. Petite variante sur 'Bound For Damnation' et son intro de film épique et terrifiant série Z avant de reprendre des tartes plein la face. Les riffs sont dissonants et la back voice plus présente accentuant l'effet de terreur. On continue avec 'The Inevitable Undoing' dans la même lignée aux riffs plus clairs et aux hurlements plus prononcés. 'Echoes Of The Rotting' et 'Incestry' pour clôturer la galette en finesse avec cette petite intro et outro façon country pour le second. Ces 9 titres sont au moins aussi variés que ce que peut produire DISGORGE.

Avec ce second opus, ATROCIOUS ABNORMALITY fait du Brutal Death Metal sans concession, ni nouveauté. Tout juste la moyenne car peu novateur même si les gars sont carrés et qu'il est toujours bon de se faire tarter la gueule à coup de riffs et de blast beats.

Anibal Berith.
ATROCIOUS ABNORMALITY
Plus d'infos sur ATROCIOUS ABNORMALITY
Brutal Death Metal