Among The Dormant Watchers
Baptman
Journaliste

FOREST OF SHADOWS

«''Among The Dormant Watchers'' est un voyage introspectif en solitaire au détour de morceaux aux atmosphères glaciales et sauvages. Un excellent album qu'il faut écouter d'une traite pour en ressentir pleinement les effets cathartiques. »

7 titres
Melodic Doom/Death Metal
Durée: 66 mn
Sortie le 07/12/2018
1742 vues

Plus de doutes, l'hiver est là.

Bientôt, si ce n'est pas déjà le cas, ce sera la saison du cocooning. La saison pendant laquelle, pour la plupart, on se tiendra enveloppé dans des couvertures près du feu/poêle/radiateur avec une tasse de chocolat chaud en pensant à Noël...Mais pour d'autres ce sera la saison pendant laquelle, sous un ciel gris, on sortira pour une promenade solitaire dans la forêt désolée avec du bon doom ou black atmosphérique dans les oreilles histoire de confronter ses démons intérieurs à la désolation sauvage de la nature parée de son manteau hivernal...

Forest of Shadows est un projet de doom metal venu de Suède et à l'histoire longue et chaotique. A son origine, il y a plus de vingt ans de cela, il s'agissait du projet solo de Niclas Frohagen, qui s'est finalement vu épaulé de son ami multi-instrumentiste Micce Andersson pour l'enregistrement de leur première démo ''The Silent Cry''. Repéré sur mp3.com par le label Rage of Achilles, le duo sort en 2001 sous contrat son premier EP intitulé ''Where Dreams Turn To Dust'', au nom étonnament prophétique. En effet, alors que les compères travaillent sur un premier LP, l'entente musicale entre deux finit par se briser, laissant Niclas finir l'album par lui-même. Et comme une tuile n'arrive jamais seule, Rage of Achilles leur label mit la clé sous la porte juste alors que l'album, intitulé par ironie du sort,''Departure'', était terminé. C'est finalement le label finnois Firedoom qui reprit le contrat, sortit l'album et signa le projet solo pour un autre album : ''Six of Woe'', sorti en 2009. Après de longues années d'absence, Forest of Shadows revient cette année avec ''Among The Dormant Watchers'', sorti chez Inverse Records.

Ce qui marque d'abord à la première écoute, c'est le très bon goût dont a fait preuve Niclas en choisissant d'utiliser un Mellotron sur littéralement toutes les pistes de son disque.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas le Mellotron, il s'agit de l'ancêtre du synthétiseur. Créé à la fin des années 60, son but premier était de permettre aux pianistes de bar ou de soirées privées de pouvoir s'accompagner d'un playback tout en improvisant. Sur le premier modèle, chaque touche de la partie gauche du clavier déclenchait la lecture d'une bande magnétique sur laquelle était enregistrée un groupe entier jouant dans la tonalité de la note en question. Ceci fournissait un accompagnement sonore complet sur lequel improviser avec la partie droite qui reproduisait des sons de piano classique. Dans les modèles suivants, les Mellotron embarquaient des bandes de flûtes, choeurs, cordes etc. Ces sons si typiques et qui n'ont rien perdu de leur charme 50 ans après, ont été popularisés par de nombreux groupes et artistes de légende. D'abord par les Beatles, en particulier sur l'intro de 'Strawberry Fields Forever' qui utilise le son de flûte du Mellotron et plus tard dans le rock et le métal progressif : Genesis, Pink Floyd...Steven Wilson, Opeth pour ne citer qu'eux.

Le Mellotron, en particulier grâce à ses sons de cordes et ses choeurs, a un timbre grandiose et mystérieux qui convient parfaitement aux ambiances oniriques, irréelles et introspectives, aussi c'est un excellent choix de l'avoir mis à contribution sur cet album. On en entend de fait sur tous les titres et exclusivement les sons de cordes et de flûtes. Les premiers vers la moitié de 'Self Inflicted Torment', la seconde moitié de 'Lost Within', sur 'Dogs of Chernobyl', sur 'Lullaby', et les seconds quand la guitare saturée rentre sur 'Drowned By Guilt', sur tout le début de 'Lost Within', l'intro de 'We, The Shameless' dans 'Yours To Devour' avant que ça ne reparte en cordes...Bref, prêtez l'oreille si vous ne connaissez pas encore le son si caractéristique du Mellotron, il est ici utilisé pour des nappes atmosphériques, ce qu'il sait faire de mieux.

On part déjà avec une excellente impression d'''Among The Dormant Watchers''. Et celle-ci ne cesse de se confirmer tout au long du disque.

Les ambiances sont glaciales et pleines d'espace, planantes et contemplatives. La production, elle, est volontairement imparfaite pour coller au style, néanmoins on distingue parfaitement la basse, sur 'Drowned By Guilt' par exemple, ce qui, dans ce type de metal extrême est rarement le cas. Les tempo sont évidemment plutôt lents puisqu'on est sur du doom, mais on est surpris d'entendre, à un détour de la forêt des ombres, un blast beat totalement inattendu à la fin de 'Lost Within' et qui achève en beauté cet excellent titre.

Même si citer des titres individuellement plutôt que d'autres ne rendrait pas justice à l'atmosphère globale d'''Among The Dormant Watchers'', qui mérite amplement 1h06 ininterrompue de votre temps, on ne peut pas résister à l'envie de parler justement de 'Lost Within'. Notamment de sa magnifique intro au Mellotron et au synthé qui progresse petit à petit avec l'introduction de la guitare et de la batterie pour enfin exploser avec la voix growl. Le morceau se poursuit avec une voix clean digne d'un Akerfeldt avant de retomber dans la violence et de finir sur ledit blast beat qui porte les nappes éthérées des cordes du Mellotron noyées dans le blizzard. On sort de la forêt avec l'envie de s'y perdre aussitôt de nouveau. Un petit bijou.

Niclas Frohagen montre de fait avec ''Among The Dormant Watchers'' qu'il est un maître de la montée d'intensité et de la progression. Chaque morceau est méticuleusement construit et nous amène doucement dans une partie différente de la forêt sombre qu'on avait pas encore explorée. Ceci suppose de long titres, atteignant presque le quart d'heure pour 'Yours To Devour' et un état d'esprit contemplatif de la part de l'auditeur. Pour profiter au mieux de son effet cathartique et introspectif, emmenez cet album lors de vos promenades méditatives en solitaire dans la nature, de préférence en terrain boisé ou en montagne et par un temps hivernal. Contemplez le paysage désert qui s'offre à vous et sentez la force primale de la nature s'adresser à vous lentement. Offrez vos émotions à la nature par le biais de la musique.

Le gardien de la forêt s'illustre non seulement par ses excellents choix de sonorités et de composition mais aussi par son chant, une belle voix de baryton capable aussi bien de complaintes nostalgiques clean que de growls pleins de rage et de regret. On est saisi par l'émotion brute et pourtant si sophistiquée qui se dégage du tout.

''Among The Dormant Watchers'' est un voyage introspectif en solitaire qui réserve de belles surprises au détour de ses morceaux aux atmosphères glaciales et sauvages. Un excellent album qui se vit comme une excursion et qu'il faut écouter d'une traite pour en ressentir les effets cathartiques.

Au terme de son périple musical, on jette un regard en arrière, vers la forêt sombre qu'on vient d'explorer et, avec un peu de vague à l'âme, on reprend sa route vers la ville et la vie du monde, en se promettant toutefois de retourner bientôt au bois obscur quand on aura d'autres pensées à y apporter en offrande.

FOREST OF SHADOWS
Plus d'infos sur FOREST OF SHADOWS
Melodic Doom/Death Metal