Ordeal
Enora
Journaliste

FOREDOOMED

«« Ordeal », un album qui a tout pour plaire aux amateurs de Melodic Death Metal mais à qui il manque malgré tout ce petit quelque chose si mystérieux qui fait d'un bon album un album légendaire»

9 titres
Melodic Death Metal
Durée: 55 mn
Sortie le 18/08/2018
2616 vues

Foredoomed est un groupe venu de Finlande et qui s'est spécialisé, vous vous en doutez peut être, dans le Melodic Death Metal, avec quelques touches de Progressive Metal. Ça ne vous dit rien ? Alors découvrons tout de suite leur univers plus en détails avec « Ordeal » !

Foredoomed sait soigner ses entrées, en témoigne la mélodie au violon qui ouvre « Origin », à laquelle répond finalement la douce voix de Atte Kymäläinen, bientôt remplacée par une voix féminine magique et délicate. La partie instrumentale gagne en force et en majesté et peut évoquer la bande originale d'un film tant elle est évocatrice et chargée d'images et de sensations. La guitare saturée qui marque le début de « Ghost Recurrence » tranche avec la charmante introduction qui vient de nous être proposée. Comme tout bon groupe de Melodeath, le groupe s'appuie sur un combo gagnant de scream grave, guitare virtuose, rythmique entraînante et clavier mélodieux. Si tous les éléments majeurs sont là et que la chanson est plutôt réussie, il nous en faut malgré tout un peu plus pour pleinement adhérer à l'univers du groupe. Peu à peu, le groupe nous donne les clés pour le comprendre et les jeux musicaux complexes qui nous parviennent prennent tout leur sens. La basse d'Eetu Kovapohja est mise à l'honneur en construisant une ligne rythmique puissante et en répondant aux riffs agressifs des guitares sur « Undawning ». Le clavier pose des nappes sur cet ensemble pour un effet plus magique et mystérieux.

Le groupe semble s'inscrire dans la veine la plus accessible et ouverte du Melodic Death Metal, comme en atteste « Search For Tomorrow », construite autour d'un riff de guitare efficace, d'une rythmique faite pour le headbang et d'appel et de réponses, tantôt en voix claire, tantôt en scream. Le clavier apporte la touche d'epicness qui pourrait manquer. Le moins qu'on puisse dire c'est que Atte Kymäläinen et Asmo Jurvanen, aux guitares, ne chôment pas ! Ils semblent d'ailleurs prendre un malin plaisir à envoyer solo sur solo, pour le plus grand plaisir des amateurs de virtuosité. On peut néanmoins regretter que les changements d'atmosphère soient aussi brusques… « Dualism » est en apparence plus calme, et cette pause fait du bien parmi les morceaux effrénés de cet album. Cette chanson offre également une occasion rêvée pour confirmer l'impression que Foredoomed touches à des styles bien plus variés que ce qu'on pourrait d'abord croire. Personnellement, je ne suis pas une grande fan du timbre clair du chanteur, mais ce n'est qu'une histoire de goût. La très belle « Departure » détonne complètement dans ce paysage musical par sa sobriété et ses harmonies vocales qui peuvent évoquer des groupes dans un univers plus proches de celui de groupe comme les Islandais d'Árstíðir.

La ligne musicale plus grasse de « My Epigraph In Woe » nous ramène à quelque chose de plus terre-à-terre avec un duo basse-batterie énergiquement mené par Joel Henrik Kaplas. Le scream fait son retour en grandes pompes et nous assène de violents coups, d'autant plus que la légèreté du clavier le met en avant. Cependant, comme si le groupe ne pouvait se contenter d'une seule ambiance, la voix claire refait ponctuellement son apparition pour adoucir l'ensemble, ce qu'on peut regretter comme saluer. « Shade Of The Darker Sun » semble tout avoir pour devenir un classique du genre mais les revirements incessants du groupe peuvent finir par agacer. On ne sait plus sur quel pied danser tant Foredoomed passe d'une ligne musicale agressive à quelque chose de poétique et doux en permanence. La diversité ne fait jamais de mal mais trop de changements peuvent fatiguer. Le morceau éponyme est le dernier à résonner à nos oreilles, toujours dans le même ton mais donnant peut être une place encore plus grande au clavier. La guitare lui répond mais la ligne rythmique n'est jamais noyée sous cette profusion de mélodies.

« Ordeal » a tout pour être un bon album de Melodic Death Metal, et les amateurs s'y retrouveront sans peine, mais il manque malgré tout ce petit quelque chose si mystérieux qui fait d'un bon album un album légendaire. Peut être que le groupe doit encore gagner en maturité ou bien peser plus finement ses choix musicaux, la question reste entière.


FOREDOOMED
Plus d'infos sur FOREDOOMED
Melodic Death Metal