For The Cause
Maitre Jim
Journaliste

MADBALL

«La légende du NYHC, Madball revient pour la bonne cause avec son 10ème album puissant, simple et authentique»

13 titres
HardCore
Durée: 35 mn
Sortie le 15/06/2018
3768 vues
Alors, comment présenter Madball ? Doit-on parler de papes du New-York Hard Core ou de rois ? D'empereurs ou de dieux ? Disons juste que le groupe est une légende du hardcore new-yorkais, aux côtés d'Agnostic Front et de Sick Of It All, pour ne citer qu'eux. Le NYHC est une interprétation du punk-rock très rapide et très agressive, mais qui fait aussi la part belle aux breaks lourds, plus caractéristiques du métal. Un crossover assez violent mais habité par une mentalité bien particulière. Le style prône plusieurs valeurs autour de la famille, du respect, de l'intégrité, de l'amitié, de la sincérité. Allez à un concert HC, c'est sentir autour de soi un esprit fraternel et une certaine solidarité. Difficile à expliquer, tellement le hardcore New-Yorkais se vit. Même Madball le reconnait, alors…
L'histoire bien connue du groupe commence à l'époque où Freddy Cricien, le hurleur en chef monte sur scène pour la première fois avec Agnostic Front, invité par le chanteur et demi-frère, le non moins mythique Roger Miret. Le gamin n'avait pas plus de 8 ans qu'il tenait déjà le micro sur la scène du CBGB à New-York. Quel début prometteur !
Depuis 30 ans, Madball joue donc un HC puissant, lourd, sombre, direct qui tire son énergie des rues de New-York. Que ce soit sur la scène d'énormes festivals ou sur les planches de petites salles, le groupe est toujours resté fidèle à ses origines et ses valeurs, ce qui lui vaut aujourd'hui le respect de l'ensemble de la scène hardcore.


For The Cause est le 10ème album de la discographie mythique de Madball. Et il arrive 4 ans après la dernière production du groupe. Au programme, les New-Yorkais nous servent tous les classiques de leur cru : du rapide, du heavy, des guests et une chanson dans la langue de Cervantes qui fait toujours plaisir au moment de réviser pour son oral d'espagnol LV2.

Et c'est parti avec une intro batterie, basse puis guitare sur Smile Now Pay Later, l'excellent premier titre, un peu comme sur scène. Madball envoie son énorme NYHC qui incite au mosh. Cricien a toujours cette voix granuleuse et puissante, on en raffole ! Et pour ajouter un peu de lourdeur à ce monde bien trop léger, écoutez les parties pm de la guitare qui viennent alourdir les mélodies. Un délice.

C'est ça le son de Madball. Les gars sont capables d'envoyer des morceaux bien heavy et rebondissants grâce à leur mid tempo lourd (Tempest ou Old Fashioned, qui cogne un peu plus), comme des accélérations à s'en décrocher la nuque avec une guitare acérée, une grosse basse qui bombarde et une batterie rapide (Confession, For The Cause, le titre éponyme ou Rev Up). Sur ce dernier justement, comment ne pas parler des backing vocals, si chères à la scène. La puissance du HC passe pour beaucoup par les voix : celle du frontman bien sûr mais aussi de ses acolytes comme des nombreux guests invités à squatter sur scène comme en studio. On y reviendra.

Mais ce qui marque aussi sur ce titre, c'est une petite nouveauté dans le chant de Crecien. Un grain de voix curieux, un peu lyrique et métal. Vraiment pas banal. On ne lui connaissait pas ces légers trémolos. D'ailleurs, en tendant l'oreille, on aura la même surprise sur Lone Wolf et Freigh Train. Le morceau lui-même sonne un brin plus enchanté, plus mélodique et moins rentre-dedans, toutes proportions gardées. Et autre surprise, de taille : un solo ! De mémoire de fan, on n'avait jamais entendu ça chez les New-Yorkais. Assez incroyable, d'autant plus que le gratteux remettra ça sur Damaged Goods et The Fog, une des 2 chanson avec feat.
Sur celui-ci, c'est Tim Armstrong qui s'y colle. Le chanteur de Rancid, lui aussi avec sa voix reconnaissable entre 1 000 fait définitivement sonner le morceau plus punk HC que les autres. Et au final, ça ressemble à Comeback Kid récent. Marrant. L'autre invité de For The Cause n'est autre que Monsieur Ice T, qui vient apporter toute sa hargne sur Evil Ways. Là, c'est speed, ça cogne et ça chante fort, avec de belles grosses back ups. Voilà, quand Madball reçoit, les guests s'appellent Tim Armstrong et Ice T. Rien que ça !

Pour compléter ce très réussi For The Cause, la bande à Freddy balance une (presque) traditionnelle chanson en espagnol. Es Tu Vida ne fait pas exception. C'est du pur Madball : violent, agressif et ça hurle (en espagnol). Ce qui me fait d'ailleurs penser que c'est une langue qui se prête bien au HC et au punk en général. Pas convaincus ? Essayez l'allemand, tiens ! Et pour finir ce tour d'horizon de ce nouveau Madball, le groupe a eu l'idée de jouer un morceau étonnamment plus lent et mélodique : For You. Très surprenant, on se trouve même à la limite du punk West Coast, grâce au riff et aux choeurs. Et pourquoi pas ?


For The Cause fait le plein de ce que Madball apporte à la scène HC depuis ses débuts : de la puissance, de la simplicité et de l'authenticité. Le groupe alterne ici entre compos hardcore dans son plus pur style (sans fioritures, les morceaux ne s'éternisent pas et ne sont jamais trop longs), surprises et featurings. 13 titres en 35 minutes, c'est un véritable régal pour tous les fans de NYHC et du groupe en particulier. En fait, ce 10ème album résume parfaitement la carrière musicale de Madball : la bonne cause.