MYRKUR
Plus d'infos sur MYRKUR
Black Metal
Chroniques

Folkesange
Anibal BERITH
Journaliste

MYRKUR

«Avec "Folkesange", Myrkur répond à un besoin d'introspection qui rappelle que les expériences les plus transcendantes sont celles que l'on vit par et pour soi-même.»

12 titres
Black Metal
Durée: 47 mn
Sortie le 20/03/2020
323 vues

Avec seulement sept ans d'existence, Myrkur ou plus exactement, Amélie Bruun "self-project", dévoile au public son troisième album intitulé "Folkesange" via le label Relapse Records. C'est au sortir de sa maternité que l'américaine d'origine danoise, fait le choix d'abandonner le côté agressif du Black Metal pour s'orienter vers quelque chose de plus authentique avec une approche plus puriste du genre et faire ainsi honneur à ses propres racines scandinaves.

Construit autour de douze titres, ce nouvel album de Myrkur est clairement une invitation au voyage ! On s'en rend compte dès la découverte de l'artwork représentant la pureté d'une jeune fille évoluant dans un paysage loin de toute civilisation, bordé d'un côté par la montagne et de l'autre par le fjord. Bien que danoise de naissance, Amélie s'inspire davantage de la culture norvégienne et viking dans son approche musicale.
Vous l'aurez compris dès l'introduction de cette chronique, la multi-instrumentiste américano-danoise abandonne guitare électrique et batterie pour faire place aux instruments traditionnels et à son chant pur comme du cristal pour composer ce disque.
C'est par l'utilisation principale du nyckelharpa, de la lyre et de la mandola, qu'Amélie conçoit sa musique offrant , ainsi, cette atmosphère traditionnelle et authentique établissant comme une connexion plus profonde avec la nature et son immensité.
Produit par Christopher Juul (Heilung), on retrouve dans cet album toute la sonorité permettant une immersion totale dans les traditions ancestrales de la culture scandinave. Il suffit de fermer les yeux pour se laisser envahir par les grands espaces, la verdure, la pureté de l'eau de la rivière qui borde le paysage et toute la quiétude qui va avec, loin des guerres et du chaos.
Seul reproche que je ferais à cet album, la durée des pistes qui sont, pour moi, trop courtes et qui ne laissent que peu de temps pour une immersion totale d'où la nécessité d'écouter cet album dans son ensemble, au calme dans un espace dédié et adapté pour se laisser emporter par cet univers rempli de douceur et d'immensité.

Avec "Folkesange", Myrkur répond à un besoin d'introspection devenu de plus en plus important par ces temps incertains et angoissants, un diapason qui lie le personnel et l'universel et qui rappelle que les expériences les plus transcendantes sont celles que l'on vit par et pour soi-même.