King
Anibal BERITH
Journaliste

FLESHGOD APOCALYPSE

12 titres
Death Metal Symphonique
Durée: 57 mn
Sortie le 05/02/2016
3704 vues
L'Italie n' a pas de majestueux que son Colisée, sa Tour de Pise ou encore Léonard de Vinci ; elle a aussi un des groupes les plus puissants de la planète Death Metal, j'ai nommé FLESHGOD APOCALYPSE qui depuis 2007 officie dans un brutal death metal symphonique de grande qualité !

En moins de 10 ans, les italiens auront su conquérir, en seulement 3 albums, les aficionados par leur mélange de musique classique et de death metal puissant apportant à leur brutalité musicale, un côté majestueux et novateur. 2016 annonce l'arrivée de leur dernier cru ayant la lourde tâche de succéder à l'énorme 'Labyrinth', album techniquement complexe et très abouti, que même le batteur et fondateur du groupe Francesco Paoli avait déclaré d'inégalable. Qu'en est-il donc de ce 4ème opus de près d'une heure en 12 actes intitulé 'King' ?

Tommaso Riccardi (chant principal et guitare) nous confiera au cours de l'interview qu'il nous a accordé que cet album se veut plus direct, plus puissant. Francesco Paoli et ses acolytes, Cristiano Trionfera (chant/guitare), Paolo Rossi (Basse/chant clair), Francesco Ferrini (piano et effets orchestraux), Tommaso Riccardi (chant principal/guitare) et Véronica Bordacchini (chant lyrique, membre non permanent), ont voulu qu'à l'écoute de 'King', l'auditeur en prenne « plein la gueule » et c'est réussi !

On retrouvera tout au long de l'album et sur chacune des pistes le côté symphonique et métal de leur musique chère à leur art. C'est leur marque de fabrique et c'est la rançon de leur succès. Impossible de dissocier le brutal death de la musique classique dans leurs compositions. Fascinés par l'homme et sa nature à prendre et à assumer ses choix, ce thème sera ainsi largement abordé sur cette galette alternant et mixant brutalité et romantisme.

Hormis l'intro 'Marche Royale', l'outro 'King' toutes les deux instrumentales et l'intermède chanté intégralement en allemand par Véronica 'Paramour (Die Leidenschaft Bringt Leiden)', les 9 autres titres sont symphoniques et dévastateurs, le tout créant une ambiance puissante et majestueuse. Des riffs deathcore de 'Healing Through War' et 'Gravity' aux solis romantiques à la résonnance heavy metal des 90's présents sur chacun des morceaux, FLESHGOD APOCALYPSE nous amène dans un univers épique et grandiose type ambiance super productions hollywoodiennes des péplums des années 50 ou du plus récent Gladiator.

Francesco P. saura alterner blast beat et mid tempo sur 'In Aeternum', 'The Fool', 'Mitra', 'And The Vulture Beholds' et 'A million Deaths', dont la puissance de chacun des titres sera donnée par la voix gutturale et profonde de Tommaso et par les arrangements orchestraux de Francesco F. Les riffs rapides, structurés et précis des guitaristes apportent le côté metal et brutal du combo italien accentuant ainsi la puissance et le volume des chansons.

La présence du chant lyrique de Rebecca sur 'Cold As Perfection' et sur 'Syphilis' apporte un côté émotionnel intense à ces 2 titres qui se veulent mélancoliques et sombres par leur atmosphère lourde et pesante.

FLESHGOD APOCALYPSE est dans la continuité de son art. La variété de chacun des titres et la complexité des arrangements orchestraux incluant des choeurs avec parcimonie rappelle l'ambiance de l'opéra et son côté puissant et majestueux tant musicalement qu'émotionnellement. En référence à la célèbre comédie musicale « Mozart, l'Opéra Rock », ici c'est « Mozart, l'Opéra Death ».
FLESHGOD APOCALYPSE
Plus d'infos sur FLESHGOD APOCALYPSE
Death Metal Symphonique