BONFIRE
Plus d'infos sur BONFIRE
Hard Rock
Chroniques

Fistful Of Fire
Fred H
Journaliste

BONFIRE

«Bonfire réussi très facilement à nous embarquer avec son hard rock mélodique. Pas mal du tout, vraiment pas mal du tout. »

14 titres
Hard Rock
Durée: 53'10 mn
Sortie le 03/04/2020
1102 vues
Depuis fin 2016 (en gros avec l’arrivée du Alexx Stahl au chant), on peut dire que ça enchaîne sévère chez les métallurgistes teutons de Bonfire. En 3 piges, 3 disques studios (« Byte the Bullet » en 2017, « Temple of Lies » et le recueil de 32 reprises « Legends » loin d’être indispensable en 2018 puis le « Live On Holy Ground, Wacken 2018 » en 2019).

Présentement, le combo allemand déboule avec son dix-huitième effort nommé « Fistful Of Fire ». Le programme ne diffère en rien des opus précédents. Les 11 chansons (plus trois courtes intros instrumentales) proposées donnent une nouvelle fois dans le Heavy Hard-Rock hyper mélodique. Encore et toujours des riffs finement ciselés, des refrains imparables, quelques claviers discrets mais précis (l'AOR et très probable futur classique live 'Warrior') et des chœurs soignés placés ici et là. Rien de novateur certes mais redoutable d’efficacité c'est sur. Comment ne pas succomber à tous ces titres accrocheurs ('Gotta Get Away', la piste éponyme, l'hymne 'Rock’n’Roll Survivors'). Oui, difficile de résister à ces textes fédérateurs qui feraient se lever une armée de cul-de-jattes.

Soutenus par le discret bassiste Ronnie Parkes et le récent arrivant Andre Hilgers (ex-Rage/Axxis) aux baguettes, les gratteux Hans Ziller et Frank Pané se font et nous font plaisir (les soli de folie du solide 'Breaking Out'). L‘alchimie est les 2 larrons est perceptible (le nerveux 'Ride The Blade', le rapide 'Fire And Ice'). Derrière le micro depuis désormais 4 skeuds, Alexx Stahl est simplement parfait et totalement dans son élément. Grâce à ses capacités vocales étendues, sa voix chaude et puissante, le garçon nous gratifie d'une prestation intense (l'Helloween-ien 'Gloryland') et de quelques envolées (dans les aigus) vraiment pas dégueux ('The Devil Made Me Do It').

Au milieu de toutes ces compos énergiques, le quintette d'Ingolstadt ne déroge pas à la presque inévitable power ballad ('When An Old Man Cries', également disponible en version acoustique en fin de galette). Dans les 2 cas, l'émotion est là et tout cela fonctionne plutôt bien sans pour autant tomber dans la pure guimauve trop sucrée. 

Avec son « Fistful Of Fire », Bonfire réussi très facilement à nous embarquer avec son hard rock mélodique. Si ne n’est pas totalement wunderbar (merveilleux), c’est tout de même pas mal du tout, vraiment pas mal du tout.