VALKEAT
Plus d'infos sur VALKEAT
Folk/Power Metal

Fireborn
Enora
Journaliste

VALKEAT

« "Fireborn" est un album plutôt décevant dans lequel on perd Valkeat dans les lieux communs du Folk/Power Metal jusqu'à obtenir un résultat lisse mais sans âme. »

14 titres
Folk/Power Metal
Durée: 68 mn
Sortie le 18/08/2023
453 vues

Formé en 2014 en Finlande, Valkeat est un quintet de Folk Metal/Power Metal dont le premier album éponyme est sorti en 2017 via Redhouse Finland Music Publishing. Cette année, nous les retrouvons avec un second opus intitulé "Fireborn" !

Cet album s'ouvre avec 'My Crown' qui nous propose un mélange bien équilibré de Metal et de Folk, le tout porté par l'énergie que les membres de Valkeat déploient. Bien que la composition reste simple, elle est suffisamment efficace pour tenir ce rôle d'introduction. Avec 'Tribe', le problème qu'on pouvait craindre se confirme : le groupe commence à tourner en rond avec les mêmes lieux communs au Folk Metal/Power Metal qu'on entend depuis des dizaines d'années... Plus sobre dans ses premières mesures, 'Swan Song' met en avant la voix de Miikka Virtapuro qui n'a malheureusement pas un timbre particulièrement mémorable ; en revanche, les effets de choeur sont plutôt réussis. Heureusement que voici 'Ukko', une création un peu plus audacieuse et un peu moins attendue que ce que le groupe nous a présenté jusque-là.

Le virage entamé avec 'Ukko' se confirme-t-il ? C'est en tous cas l'impression que donne 'Moras' qui démarre dans une ambiance franchement mystique avec un chant presque chamanique qui surplombe des respirations cadencées. Mais l'excitation retombe vite puisque Valkeat choisi plutôt de partir dans une sorte de ballade folk(ish). Après le discours guerrier déclamé sur des choeurs épiques de 'Fireborn', voici 'Karjalan Kunnailla', une composition dans l'esprit des morceaux lyriques d'Ensiferum, pour ne citer que cet exemple, qui est plutôt crédible mais qui évoque trop le copié-collé quand on l'écoute avec 'Summer Nights' qui arrive dans la foulée (mais qui a l'avantage de donner à entendre le kamtele d'Eppu Puhjo). Incarné par une vois féminie, 'Iku' se démarque forcément grâce à sa délicatesse qui met en lumière une facette peu connue du groupe.

De manière assez inattendue, 'Tule Kokko' nous ramène aux atmosphères hypnotiques de 'Moras' mais cette ambiance est cette fois-ci conservée tout au long du morceau qui devient une longue litanie, finalement beaucoup plus intéressante que les précédentes tentatives de Valkeat en ce sens ! Cette mise en bouche propulse le chant 'Thunderbird' et lui confère une dynamique plutôt intéressante qui se concrétise par une plus grande complexité musicale qui met en avant des orchestrations. Pourtant plein de bonne volonté, 'Vana' est une autre pâle copie de ce que mille autres groupes du genre font déjà, sans rien qui permettent d'insister sur l'unicité de Valkeat... L'instrumentale 'Kuolematon' nous annonce la conclusion très prévisible qui prend la forme de 'Land of Falling Leaves - Song up the Skies'.

"Fireborn" est un album plutôt décevant pour plusieurs raisons. La première est qu'il n'est pas certain que Valkeat ait suffisamment défini son univers et ce qui fait sa spécificité puisqu'on entend du Sonata Arctica, du Ensiferum, et d'autres influences mais qu'on peine à trouver la patte du groupe. Ensuite, il faut bien admettre que les morceaux nous font tantôt passer par le Folk Metal le plus classique, tantôt par des créations chamaniques, tantôt par du Power Metal, tantôt par un mélange de tout assaisonner d'orchestrations sans qu'aucune cohérence ne se dégage de l'ensemble. Enfin, les musiciens semblent s'enfermer dans des lieux communs sans rien proposer de novateur ; le résultat est donc lisse et propre mais totalement désincarné !