MAVERICK
Plus d'infos sur MAVERICK
Rock Seventies

Firebird
Herger
Journaliste

MAVERICK

«Pour ma part, le meilleur album de Classic Rock de ce début d'année 2018. Un vibrant hommage aux grands noms des Seventies. Un groupe a suivre dans le futur !»

Rock Seventies
Sortie le 14/02/2018
8717 vues
Le label français Bad Reputation a eu la très bonne idée de signer le premier album de Maverick.
Ce groupe est originaire des antipodes et plus exactement de la ville de Perth en Australie. Il est composé par quatre musiciens fans de Rock'n'roll : Craig Jovanovic (chant, guitare), Nick Dudman (batterie), Mark De Vattimo (guitare, chant) et Simon Hallett (basse, chant).
Attention, ici je parlerais du groupe australien de Classic Rock et non pas du groupe Nord Irlandais de Hard Rock, ni des vétérans japonais jouant du Heavy Metal.
Non. Ici, c'est un putain de combo fan de Blues Rock et des années 70.

À l'écoute de leur musique, ces australiens, pour une fois, ne font pas dans la repompe d'AC/DC ou Rose Tattoo.
Ici des références sont plus anciennes : Led Zep, Humble Pie, Cream ou Mountain. On pense aussi à des groupes plus récents, comme Black Crowes ou Rival Son.
Les australiens nous proposent une musique ancrée dans le Blues Rock, avec des riffs qui sentent bon cette époque où la musique était géniale : de bonnes lignes de grattes bluesy ou proche du rock sudiste à la Lynyrd Skynyrd.

Citons pour donner l'exemple ''Black Voodoo'', qui propose des riffs de très bon niveau, dansant et pêchus, qui rappelleront le meilleur de Led Zep. ''Breack Me'' est dans la même veine, avec de bons gros riffs qui tâchent et un excellent solo que n'aurait pas renié Page ou Kossof. Dans le même registre, le très bon titre ''Free'' à l'ambiance de jams.
Je n'oublie pas de citer le rythmé et rythm'n blues ''Great Northern Highay'', où l'orgue tient une place importante et où l'on peut entendre un joli duel entre guitares et orgue.

La voix de Mark De Vattimo n'est pas pour rien dans la qualité du groupe. A son écoute on pense aux meilleurs chanteurs de l'époque : Robert Plant, Paul Rodgers ou encore Steve Mariott. Son timbre de voix se rapproche de celui de Chris Robinson (Black Crowes).
Pour cela, il faut écouter ''Tonight We Die'', à l'ambiance southern Rock et bluesy, où il chante de belle manière avec sa voix suave.

Pour le reste, il n'y a pas de problèmes. La rythmique est dans la lignée du chant et de la guitare : maîtrisée et de qualité, avec une basse sautillante et un batteur qui fait le travail comme il faut.
De plus, le son est excellent, la production restitue parfaitement l'ambiance des titre de ce ''Firebird''.

Pour ma part, le meilleur album de Classic Rock de ce début d'année 2018.

Un vibrant hommage aux grands noms des Seventies. Un groupe a suivre dans le futur.