ORDEN OGAN
Plus d'infos sur ORDEN OGAN
Folk Metal (early), Power Metal (later)
Chroniques
Gumnen
2017

Final Days (Orden Ogan and Friends)
Enora
Journaliste

ORDEN OGAN

« Contournant le problème du Power Metal qui peine à se renouveler, Orden Ogan nous propose une nouvelle version de « Final Days » en compagnie de chanteurs et chanteuses de talent ! »

12 titres
Folk Metal (early), Power Metal (later)
Durée: 52 mn
Sortie le 21/10/2022
492 vues

Depuis 1996, Orden Ogan a mis la ville allemande d’Arnsberg sur la carte pour les fans de Power Metal. Le groupe signe avec AFM Records dès son troisième album, « Easton Hope » (2010) et tourne avec des groupes comme Van Canto, Freedom Call, Luca Turilli's Rhapsody, Hammerfall ou encore Powerwolf. En parallèle, les albums s’enchaînent : « To The End » (2012), « Ravenhead » (2015), « Gunmen » (2017), et enfin « Final Days » (2021). C’est d’ailleurs sur une nouvelle version de ce dernier opus, intitulé « Final Days – Orden Ogan and friends », que nous allons nous pencher aujourd’hui pour découvrir ce que ça donne lorsque le groupe s’associe à d’autres chanteurs.

En quelques secondes, ‘December’ nous projette dans les mélodies si reconnaissables d’Orden Ogan, toujours accompagnées d’une rythmique groovy assurée par Dirk Meyer-Berhorn à la batterie ! Il est ensuite temps de passer à quelque chose de plus ronflant avec ‘Heart Of The Android’ en featuring avec Peavy Wagner (chanteur et bassiste de Rage) dont la voix grave et rocailleuse assure une bonne assise au titre. Sur ‘In The Dawn Of The AI’, ce sont les voix de Ross Thompson (chanteur de Van Canto) et de Frank Back (chanteur de Gamma Ray aux côtés de Kai Hansen) qui se joignent à celle de Sebastian Levermann formant un ensemble équilibré et apportant encore plus d’impact à ce morceau au refrain militaire.

On continue avec d’autres invités de qualité puisqu’on retrouve Nils Molin (chanteur d’Amaranthe et de Dynazty) sur ‘Inferno’, Stu Block (chanteur d’Iced Earth de 2011 à 2021, chanteur d’Into Eternity, et chanteur session d’Annihilator) sur ‘Let The Fire Burn’, ou encore Andy B. Franck (chanteur de Brainstorm) sur ‘Interstellar’, un morceau sur lequel on ne peut pas se retenir d’agiter la tête. Dans tous les cas, les chanteurs invités semblent avoir une réelle liberté qui leur assure de trouver leur position au sein de l’univers d’Orden Ogan tout en conservant les éléments qui font leur identité vocale.

Pour la douce ‘Alone In The Dark’, qui est cependant loin d’être la plus belle ballade d’Orden Ogan, le groupe a choisi de faire appel à Chris Boltendahl (chanteur de Grave Digger) dont le timbre n’apporte finalement pas tant que ça à la chanson, à l’inverse de la chaleur qu’on retrouve dans la voix de Marta Gabriel (chanteuse de Crystal Viper) et qui réussit ici une très belle collaboration. Aux riffs effrénés de Niels Löffler et Patrick Sperling sur ‘Black Hole’, il faut ajouter le scream sec de Leif Jensen (chanteur de Dew-Scented et de Phantom Corporation). Orden Ogan a en effet eu la bonne idée de ne pas se limiter au Power Metal et Symphonic Metal pour recruter des voix supplémentaires !

On parlait de Sympho, la soprano Elina Siirala (chanteuse d’Angel Nation et de Leaves’Eyes) a posé sa voix sur ‘Absolution For Our Final Days’, apportant au groupe des aigus éthérés qui se marient à merveille avec les orchestrations. Sur ‘Hollow’, on retrouve le timbre très particulier de Marc Lopes (chanteur de Let Us Prey et de Ross The Boss). On passe alors à ‘It Is Over’ en featuring avec Dennis Diehl (chanteur d’Any Given Day et de The Mercury Arc) et qui, du côté d’Orden Ogan, met en avant le duo rythmique composé de Dirk Meyer-Berhorn à la batterie et de Steven Wussow à la basse.

En guise de conclusion, le groupe nous propose une version orchestrale touchante de ‘Fields of Sorrow’ de l’album « Gunmen » (2017). On le sait, le Power Metal peine à se renouveler alors Orden Ogan propose une parade intéressante mais qui ne peut pas être utilisée trop souvent : ressortir des titres en featuring avec des pointures du genre. Cela permet d’apporter un petit plus à des morceaux déjà existant tout en s’assurant le soutien des fans, trop heureux de voir leurs artistes adorés collaborer !