Behind the Black Eyes
Anibal BERITH
Journaliste

FERIUM

9 titres
Metalcore
Durée: 35 mn
Sortie le 21/04/2016
3835 vues
SELF-RELEASE
Comme l'avait fait Sepultura il y a 30 ans, qui a réussi à se faire connaître et reconnaître mondialement grâce à leur death sud américain dans les années 80, Ferium fait de même en sortant des sentiers battus avec un Metalcore énergique bien qu'ils viennent d'un pays peu enclin aux traditions métalleuses.

Globalement, la musique des israëliens privilégie la mélodie avec des accords variés et sonnant Metalcore. Le tempo est varié même s'il reste principalement en mid tempo. Cependant, Ron Amar sait accélérer le rythme quand il le faut montrant ainsi sa capacité d'adaptation au rythme des morceaux.

Après une intro mélodieuse et toute en douceur, le quintet nous emporte dès le premier titre 'Aftermath' dans un univers musical puissant où la basse est mise à l'honneur et le rythme varié. La voix de Tiran Ezra est puissante et ne faiblit pas tentant même un plan deathcore en fin de partie. Impact brutal que l'on retrouvera également sur 'Revelation' aux blast beat dévastateurs, aux riffs sauvages, le tout surplombé de cris deathcore plus affirmés.

La donne est installée, les morceaux s'enchainent sur ce principe en variant les ambiances qui peuvent s'assombrir comme sur 'Power Is All That Matters' avec ses plans mélancoliques et son atmosphère terrifiante. 'A Journey We Had' aux riffs lancinants nous rappelant le suspense d'un film d'horreur. 'Losing the Grip' et 'We Fell Apart, We Fall Together' sont les deux titres les plus lourds de la galette avec un chant profond et gras et des riffs gras assommants avec la particularité pour le second de monter en puissance et prendre beaucoup de volume.

Avec 'She Feels Like Home' et 'Seven Years of Seven Levels of Hell', Ferium nous gratifie d'une petite pause mélodieuse et instrumentale pour le premier et plus répétitive pour le second dans cet univers clairement Metalcore. Pause bien méritée avant l'accession au dernier titre du second album des israëliens, 'A Free Man', qui sera d'ailleurs le coup de coeur de la rédaction. En effet, cette compo s'oriente plus vers du Black Metal par le son cristallin des riffs typique du genre. On est plutôt dans du progressif avec une montée en puissance phénoménale au fil des minutes sur les 7'27'' du titre qui s'avère être le plus long de l'album. L'ambiance est mélancolique et l'alternance du chant offre quelque chose de terrifiant .

Ferium est un groupe à suivre car il démontre une maturité musicale affirmée dès ce second album. On sent des influences variées dans leur univers Metalcore prépondérant que le quintet arrive à marier sans difficultés. A recommander.

Anibal Berith.