THE RUINS OF BEVERAST
Plus d'infos sur THE RUINS OF BEVERAST
Black Metal

Exuvia
Herger
Journaliste

THE RUINS OF BEVERAST

«Un maitre dans l'art de faire des ambiances incantatoires et ésotériques !»

6 titres
Black Metal
Durée: 67 mn
Sortie le 05/05/2017
8875 vues
AUTOPRODUCTION
Encore un album passé à côté au moment de sa sortie car qui a eu lieu au cours du mois de Mai. Mais avec cette chronique nous réparons l'erreur car cet album est très bien foutu. The Ruins Of Beverast est le projet d'un seul homme, Alexander Von Meilenwald. En 6 morceaux sombres, il nous présente la quintessence de son inspiration. Ce projet existe depuis une dizaine d'années et réagit aux méandres de l'esprit torturé. Cet album va encore plus loin que le déjà très bon opus sorti en 2013, '' Blood Vaults-The Blazing Gospel officiel Henrich''.

Sur "Exuvia", Alexander a sublimé son inspiration. Les nouvelles compositions sont basées sur des riffs d'une lourdeur pesante proche du Funeral Doom , un style qui n'est pas si éloigné du Black Métal, notamment au niveau des ambiances crépusculaires. Le titre "Maere" en est illustration eu égard à son pesant de riffs ultra lourds.

Sur le plan du chant, la voix d'Alexander est horrifique. Elle se rapproche des growls présents dans le Death avec cependant un esprit Black Métal. Elle rappelle celle de Roman dans son projet culte Hate Forest. Son aspect caverneux qui donne un côté presque glauque est présent sur des titres tels que "Exuvia" (avec son introduction faite de chants féminins) ou ''Surtur Barbaar Maritime''. Toujours côté chant, les vocaux extrêmes amènent une sensation chamanique proches des chants indiens.

L'ambiance globale est vraiment superbe. Du début à la fin de l'album, l'univers du groupe est vraiment incarné et ésotérique aidé en cela par une batterie jouée sur des rythmes tribaux. C'est le cas par exemple sur le titre ''Toward Makakia''.

Les claviers vont dans le même sens et sont basés sur des sons de synthèse très sombres et angoissants comme on peut l'entendre sur'' Maere''.

Pour finir je vais dire un petit mot sur le sublime artwork. Il s'agit de la représentation d'un esprit dans la culture japonaise. Du bon boulot !

Un album de Black Métal Incantatoire inspiré, qui en fait un des meilleurs opus de l'année avec ceux de Farsot, Nokturnal Mortum et Mosaic.