SóLSTAFIR
Plus d'infos sur SóLSTAFIR
Viking/Black Metal (early), Post-Metal/Rock (later)
Chroniques

Endless Twilight of Codependent Love
Anibal BERITH
Journaliste

SóLSTAFIR

«Solstafir déploie une oeuvre magnifique et riche de sensations au travers d'une musique inspirée qui prend aux tripes»

9 titres
Viking/Black Metal (early), Post-Metal/Rock (later)
Durée: 62 mn
Sortie le 06/11/2020
845 vues

Ne suivant aucune règle et délivrant une musique très personnelle et selon l'inspiration du moment, le groupe islandais, Solstafir, reste sur ce postulat pour dévoiler le neuvième opus d'une discographie riche et variée. S'intitulant "Endless Twilight of Codependent Love" et arborant "The Lady of the Mountain" aquarelle réalisée par Johann Baptist Zwecker en 1864 en guise de cover art, le quatuor a voulu, au travers de cette oeuvre, mettre en avant leur île par LA personnification même de LA femme dans leur pays. S'intéressant aux personnes atteintes de maladie mentale, Solstafir dépeint, au cours des neuf titres de ce nouveau matériel, le côté dévastateur de cette dernière pour le malade et son entourage.

Globalement post-rock aux légers relents black atmo, la galette offre une musique très dense et riche d'émotions. Il suffit de se laisser emporter par le titre le plus intense du matériel, 'Akkeri' pour s'en convaincre ! A lui seul, en 10 minutes et dès l'introduction de l'album, il réunit toutes les influences du groupe et donne le fil rouge de l'oeuvre ! Au programme, douceur, hargne, déprime, plans incisifs, tempo varié, Solstafir démontre un esprit créatif et sans limites ! Tout est prétexte à l'intensité de la musicalité et de la mélodie, le chant en particulier, considéré, ici, comme le moteur principal capable de délivrer le maximum d'émotions d'où le choix de la langue natale des protagonistes.

Dès 'Drýsill', le disque plonge l'auditeur dans une mélancolie profonde qui ne cesse de s'alourdir au fil de 'Rökkur' et 'Her Fall from Grace' comme si ces trois morceaux formaient une pièce unique; le dernier d'entre eux (le seul scandé en anglais) représentant la chanson la plus importante pour le frontman, Tryggvason, puisqu'elle décrit l'impuissance et la douleur de voir un être cher succomber à la dépression.

La seconde moitié du disque ne ménage pas son auditeur. On continue de s'enfoncer dans les limbes de cette maladie par le très agressif et torturé 'Dionysus' aux influences black affirmées, une sorte de court retour aux source annonçant la descente aux enfers qui va suivre. Optant pour un registre différent, c'est avec plus de douceur mais sans ménagement que les islandais distillent tout leur désarroi au travers de morceaux blues ('Or') et post-rock ('Alda Syndanna' et 'Úlfur') pour clôturer, ainsi, un disque magnifiant la détresse que l'on peut ressentir face à cette maladie souvent incurable.

Sans vraiment surprendre, Solstafir déploie une oeuvre magnifique et riche de sensations au travers d'une musique inspirée qui prend aux tripes. Malgré la densité du matériel, ce dernier s'écoute facilement grâce à des sonorités accessibles et des émotions intelligemment délivrées. Intense à écouter dans son salon, certains morceaux seront clairement déstabilisants en live !

Tracklist :
1. Akkeri (10:10)
2. Drýsill (08:52)
3. Rökkur (07:06)
4. Her Fall From Grace (06:36) 5. Dionysus (05:31)
6. Til Moldar (04:29)
7. Alda Syndanna (04:30) 8. Or (06:58)
9. Úlfur (08:49)

Bonus tracks :
10. Hrollkalda Þoka Einmanaleikans (06:39)
11. Hann For Sjalfur (08:09)