ENNUI
Plus d'infos sur ENNUI
Funeral Doom Metal

End Of The Circle
Enora
Journaliste

ENNUI

«« End Of The Circle » n'est pas un album qu'on écoute mais qu'on ressent, qui fait vibrer chaque parcelle de notre corps et élève notre âme vers un ailleurs dont nous n'osions pas rêver…»

3 titres
Funeral Doom Metal
Durée: 75 mn
Sortie le 05/09/2018
3604 vues

La particularité d'Ennui, outre le fait de proposer un Funeral Doom/Death Metal plus qu'abouti, est d'être un duo composé de David Unsaved qui assure à la fois la guitare, le chant et le clavier, et Serge Shengelia, également guitariste et chanteur mais aussi bassiste. Le groupe a été formé en 2012 en Géorgie et nous présente aujourd'hui son quatrième album : « End Of The Circle ».

L'ouverture de l'album avec le titre éponyme permet de mettre très lentement en place une atmosphère, d'abord indistincte puis qui se précise avec l'ajout d'une rythmique lancinante sur la ligne de guitare étouffée. L'ambition de ce premier morceau de trente trois minutes paie tant le groupe fait défiler devant nos yeux une multitude de paysages musicaux hauts en couleurs et profonds émotionnellement. Impossible de rester de marbre alors que les mélodies se superposent et se mêlent, avant d'un scream caverneux et sombre mais incroyablement mis en valeur par le mixage nous parvienne. Sans être envahissant, les nappes de clavier, dans les aigus, répondent à la basse qui surplombe le titre, comme un oiseau de mauvaise augure. Le mot d'ordre et la mesure, et le moins qu'on puisse dire est que cela réussit au groupe qui nous subjugue par la beauté, la force sourde et la majesté de cette chanson. Laissez-vous porter, vos sens changeront d'eux-mêmes dans la nuit qui fond sur vous. Le désespoir que l'on peut ressentir n'est pas frontal mais s'insinue doucement par chacun des pores de votre peau. Après dix minutes dans les limbes obscures et imprécises, le groupe fait une brusque remontée vers la surface à force de guitares rugissantes et entêtantes. Le scream se fait plus Death et la bête est lâchée. Je ne vous en dirais pas plus sur ce petit bijou qui mérite plus qu'une écoute pour en comprendre la finesse et la grandeur !

Cette plongée dans l'univers d'Ennui continue avec un morceau en deux parties intitulé « The Withering Part I – Of Hollow Us ». La musique émerge peu à peu du néant, gagnant en force au fur et à mesure qu'elle se rapproche de nous mais, une nouvelle fois, le calme demeure le maître-mot. L'apport des influences Doom du groupe leur permet une grande liberté dans le choix des rythmiques et des ambiances, mais aussi dans la palette d'émotions qui est offerte à l'auditeur attentif et passionné. Les plus patients seront récompensés par de beaux passages au clavier et à la basse, accompagnés de touches de guitares légères et presque minimaliste. Les deux musiciens d'Ennui pèsent avec soin chacune de leurs interventions et leur musique ne peut qu'en bénéficier. Pour profiter pleinement de l'effet de ces chansons, certains profiteront peut être d'une journée pluvieuse, ou d'une nuit glaciale ; et d'autres n'auront qu'à lancer cet album pour y être transportés par la pensée. La seconde partie de cet ensemble, « The Withering Part II – Of Long-Dead Stars » dure aussi une vingtaine de minutes, mais le groupe ne semble pas avoir vu trop grand. Mélodiquement, on flirte avec le Post-Black, mais l'atmosphère générale reste très proche du Funeral Doom. Mon unique conseil est de prendre le temps d'écouter et de réécouter cette incroyable création qui dépasse le simple cadre de la musique.

« End Of The Circle » n'est pas un album qu'on écoute mais qu'on ressent, qui fait vibrer chaque parcelle de notre corps et élève notre âme vers un ailleurs dont nous n'osions pas rêver…