RUFUS BELLEFLEUR
Plus d'infos sur RUFUS BELLEFLEUR
Rock Alternatif

Electricity for the Coliseum
Shades Of God
Journaliste

RUFUS BELLEFLEUR

«D'un bout à l'autre 'Electricity for the Coliseum' s'écoute sans jamais s'ennuyer, Rufus Bellefleur parvient une nouvelle fois à créer une oeuvre singulière qui n'a pas son pareil»

13 titres
Rock Alternatif
Durée: 45 mn
Sortie le 20/10/2017
7634 vues
GHETTO GATOR

Toujours emmenés par l'intenable Julien CASSARINO de Psykup et sa bande de joyeux drilles, Rufus Bellefleur, le plus célèbre redneck du bayou est de retour en cette fin 2017 avec un tout nouvel album, 'Electricity for the Coliseum'. Une fois n'est pas coutume, c'est en travaillant main dans la main avec les fans que cette nouvelle oeuvre a pu voir le jour, et nous sommes certains que vous avez désormais hâte d'en savoir plus, alors trêve de bavarderie, rentrons dans le vif du sujet.

Chez Rufus Bellefleur, on aime le travail bien fait, celui qui consiste à proposer une musique audacieuse et déjantée dans un univers atypique. On mélange également les influences pour donner naissance à un savant mixe de Rock, de Country / Folk, de Metal et de Hip-Hop, et ce n'est pas une chose évidente de vous la décrire. Pour faire simple, 'Electricity for the Coliseum' c'est un peu le télescopage de Cypress Hill, Red Hot Chili Peppers, Prince et Rob Rombie, rien que ça. On y retrouve des balades Rock avec par exemple ''A New Witch in Town'' et ''Love With a Machine Gun'', des titres très Hip-Hop comme ''Ghost Criminal'' et des compositions qui mélangent tout, pour notre plus grand plaisir comme le totalement fou ''The Exorcism of Danny DeVito''. Rien que le titre vous donne déjà une idée de la folie qui peut émaner. Ce qu'il y a d'intéressant justement c'est cette folie constante qu'on retrouve dans 'Electricity for the Coliseum', ici tout est permis, Rufus Bellefleur ne s'interdit strictement rien en termes de structurations et de mélanges d'influences. Des riffs soutenus, des choeurs, du chant féminin, du groove, et même une attitude Grunge / Western / Indus se retrouvent sur cet album. Tout ça pourrait être hautement indigeste, mais ce cher Julien et ses comparses ont cette faculté incroyable de savoir doser parfaitement les éléments pour créer des compositions à la fois folles et brillantes. On dit souvent de Rufus Bellefleur qu'il ne ressemble qu'à lui-même, et c'est strictement vrai, n'essayez pas de reproduire ça chez vous, vous pourriez vite vous blesser. Ce qui est aussi remarquable c'est ce côté cinématographique qui ressort, 'Electricity for the Coliseum' peut totalement se concevoir comme un film dans lequel chaque chanson est une scène avec à la clé un rebondissement pour la suivante. Si quelqu'un a le numéro de téléphone des frères Cohen, ce serait sympa de leur parler de Rufus Bellefleur, une collaboration entre eux serait une judicieuse idée.

D'un bout à l'autre 'Electricity for the Coliseum' s'écoute sans jamais s'ennuyer, Rufus Bellefleur parvient une nouvelle fois à créer une oeuvre singulière qui n'a pas son pareil, puis la formule est économique, pour le prix d'un album vous pouvez écouter une multitude de styles en une fois. Allez, on s'installe, on est au calme, et on appuie sur play.