ALGHAZANTH
Plus d'infos sur ALGHAZANTH
Symphonic Black Metal

Eight Coffin Nails
Herger
Journaliste

ALGHAZANTH

«Un très bel album de black pour ce vétéran, qui allie mélodies et atmosphères sombres et froides, comme un beau paysage d'hiver finlandais.»

9 titres
Symphonic Black Metal
Sortie le 30/03/2018
6909 vues
Il y a des groupes ayant un talent certain et une carrière de quelques décennies, mais qui n'ont pas eu plus de notoriété.
Le groupe finlandais Alghazanth en est un exemple parfait. Formé en 1995 et auteur de 7 albums avant la sortie de « Eight Coffin Nails », il est resté dans cette deuxième division et s'est fait dépasser depuis par des groupes tels que Horna, Clandestine Blaze ou encore Behexen.

Depuis ses débuts, le combo finlandais compose des titres de black métal qui font la part belle à la mélodie. Et ce nouvel album qui sort chez le fidèle label Woodcut Records ne fait pas exception à la règle.

Les riffs joués majoritairement sur un rythme rapide gardent en eux cette mélodie. Ici, pas de brutalité à la Marduk mais une recherche d'ambiance, même si certains titres comme ''Aureate Water'' démontrent plus d'agressivité, avec des riffs qui mêlent puissance pour la rythmique et tremolo picking effrénés pour la lead.

L'un des apports mélodiques est l'utilisation de nappes de claviers atmosphériques qui restent relativement discrètes. Ce n'est pas symphonique, avec des éléments surchargés, mais plutôt des orchestrations qui se veulent des marqueurs d'ambiance.

La voix de est excellente, typique du style. Thasmorg a de la bouteille car il est toujours en osmose avec la musique, sans faire dans l'originalité. Mais il le fait bien, car on sent toute sa haine et sa rage. Tout cela est résumé dans ''At Their Table'', qui mêle screams aigus à d'autres plus graves.

L'ambiance dégagée tout au long de l'album est bonne. On y sent la froideur, la mélancolie mais aussi une certaine forme de haine comme sur ‘'The Foe Of Many Masks'', titre rapide et rageur où les claviers donnent ce côté spleen. Un très court break en accords dissonants et le titre se poursuit sur des passages moins rapides mais avec plus d'ambiance.
Puis le morceau se prolonge vers le tréfond, en revenant vers des contrées plus sombres avec des blast et des accélérations de guitares qui en font l'un des meilleurs titres de l'album avec une structure riche.

‘'Pohjoinen'' est aussi excellent et pourtant je ne suis pas friand d'instrumental. Une superbe introduction en arpèges se poursuit sur le même thème de guitares à l'ambiance glaciale et se prolonge sur une fin toujours aussi majestueuse, mais sur un rythme plus enlevé.

Je finis par ‘'To Flame The Flesh'', tour de force de l'album et titre le plus long. Il y a tout, c'est à dire des claviers de haut niveau, des vocaux au diapason créant en partie l'atmosphère mélancolique, des structures sophistiquées proches du prog avec des changements de rythmes, de riffs et d'ambiance. En gros, en un seul titre, le résumé de l'album.

Un très bel album de black pour ce vétéran, qui allie mélodies et atmosphères sombres et froides, comme un beau paysage d'hiver finlandais.