FALLUJAH
Plus d'infos sur FALLUJAH
Blackened Deathcore (early), Progressive/Technical Death Metal/Deathcore (later)

Dreamless
Anibal BERITH
Journaliste

FALLUJAH

12 titres
Blackened Deathcore (early), Progressive/Technical Death Metal/Deathcore (later)
Durée: 56 mn
Sortie le 29/04/2016
4538 vues
Près de 10 ans d'existence, le quintet américain Fallujah, au line-up quasi stable (nouveau guitariste en 2014 en la personne de Brian James (Deebs)), nous livre déjà un troisième album: 'Dreamless'. Pour ma part, il m'a été assez difficile de rentrer dedans et de pénétrer cet univers si particulier. Le combo a délaissé au fil des ans leur blackened death metal pour s'orienter vers quelque chose de plus conceptuel sur fond de deathcore puissant et aérien.

Sur le plan visuel, lorsque l'on prend le cd en main, il y a 12 titres qui s'enchainent sur près d'une heure avec des morceaux dépassant les 6 minutes ou les approchant ('Dreamless', 'Wind for Wings', 'Les Silences'). Ensuite, l'artwork a été confiée à Peter Mohrbacher qui caractérise à lui seul l'ambiance de la galette. Techniquement, Fallujah a confié l'enregistrement à Zack Ohren (ANIMOSITY, SUFFOCATION) au Sharkbite Studios et le mixage et la mastérisation ont été faits au Audiohammer de Sanford (Floride) par Mark Lewis (DEVILDRIVER, CANNIBAL CORPSE). Que du lourd donc et cela se ressent dans la production où chaque instrument est bien mis en valeur permettant ainsi de respecter l'univers crée ici car il y a bien un univers spécifique.

Globalement l'album est particulièrement aérien et ce dès les premières secondes de 'Face of Death' qui démarre la galette dans une ambiance Sci-Fi assez marquée sur près d'une minute. Au fil des titres, le choix du quintet pour cette atmosphère s'avère permanent puisque les artistes alterneront sur la majorité d'entre eux des plans puissants et quelquefois brutaux avec des plans plus aériens voire industriels.

C'est le cas de 'Face Of Death', 'The Void Alone', 'Abandon', 'Scar Queen', 'The Prodigal Son', 'Amber Gaze' et 'Lacuna' qui présentent par moment un Death Metal lourd voire du Deathcore en suivant, surplombé du chant profond et caverneux d' Alex Hofmann accompagné de riffs assassins gras et saturés pour laisser place à des parties plus indus. créant ainsi un effet d'apaisement et de légèreté. L'auditeur est ainsi trimbalé dans tous les sens ne sachant pas où aller si ce n'est de suivre la démarche artistique et musicale du combo américain. La sensation créée est tout à fait surprenante puisque ces deux atmosphères de lourdeur et de légèreté se marient à merveille sans pour autant nous dérouter et ainsi de suite tout au long de l'album.

Le quintet se permettra même d'introduire un chant féminin sur ' The Void Alone', 'Abandon', 'Dreamless', 'Fidelio' et 'Lacuna' accentuant ainsi l'ambiance aérienne omniprésente sur les douze titres. Particularité pour le titre éponyme sur lequel on y retrouve Tori Letzler, Mike Semesky et Katie Thompson pour la partie chant et que le solo est assuré par Tymon Kruidenier (ex-CYNIC, EXIVIOUS).

Trois titres se démarquent sur "Dreamless" :

- l'interlude 'Fidelio', qui démarre au piano, sur lequel se greffe le texte narré par une femme dans un univers léger pour s'affirmer au fil des minutes vers quelque chose de très indus. voire techno conférant ainsi une montée en puissance progressive mais pas désarmante.
- 'Wind for Wings' plus rock et très varié tout en conservant l'atmosphère lourde et planante et découlant progressivement vers un plan indus. sur voix claire.
- le conceptuel 'Les Silences' narré en français dans une ambiance Sci-Fi rappelant l'intro de 'Face Of Death'.

Fallujah semble se diriger vers une musique expérimentale voire conceptuelle en préservant leur univers premier par des plans Death Metal et Deathcore affirmés et en y intégrant de façon permanente et bien ajustée des parties de metal indus. créant une ambiance aérienne pour un léger apaisement. A écouter plusieurs fois et s'abandonner à la musique du quintet.

Anibal Berith