DOPE
Plus d'infos sur DOPE
Metal Industriel

Blood Money Part.1
The Effigy
Journaliste (Belgique)

DOPE

«Un retour discographique réussi après une si longue attente. Voilà qui fera plaisir aux fans du groupe. »

15 titres
Metal Industriel
Durée: 49 mn
Sortie le 28/10/2016
4697 vues
Il aura fallu attendre plus de sept années pour enfin avoir un successeur à « No Regrets ». Il faut dire que « Blood Money » a une longue histoire derrière lui. Le groupe sort en effet son premier teaser en 2013 pour le titre « Drug Music » et annonce une sortie pour mars 2014 avant d'être repoussé à l'été. Le 28 Août 2014 sort la vidéo et single « Selfish » en même temps qu'une annonce : « Blood Money » sera un album en deux parties qui sortiront dans un intervalle rapproché. Mais voilà qu'en 2015, un remaniement des membres du groupe se fait avec le retour des anciens membres et une nouvelle tournée est lancée pour l'événement.

En Juillet 2016 la vidéo-single « Blood Money » annonce enfin l'arrivée de l'album « Blood Money part.1 » pour le 28 octobre. Entre temps la vidéo-single « Hold On » est aussi sortie.

Le groupe de Chicago après bien des péripéties retrouvera-t-il la route du succès qu'il avait commencé a tracer, notamment en plaçant des titres sur des B.O. (scream 3, Fast And Furious, etc.. ) ainsi que dans des shows du WWF et certains jeux vidéos ?
Nous appuyons sur le play de notre lecteur, impatient d'obtenir la réponse.

Une introduction parlée en voix modifiée nous plonge directement vers le titre éponyme « Bloody Money » et il faut bien reconnaître l'efficacité de l'accroche directe avec ce couplet évoquant un Prong survitaminé, un refrain répétitif, de nombreux éléments industriels pour nous rappeler dans quel monde évolue le groupe.

Suit un « Shoulda Know Better » très énergique et futuriste qui se dote toutefois d'un refrain plus radio-friendly, plus dans le style d'un Orgy, mais à la différence de celui-ci, Dope place toujours la guitare sur le devant de la scène, l'électronique étant bien un rajout et pas un élément déterminant de la composition.

« Lexapro » est un titre interlude ; piano, chant, bruitage. Ce titre apporte une ambiance qui dénote après « Shoulda Know Better » mais il dénote aussi avant « Hold on », cette impression est bien vite effacée au fur et à mesure que ce dernier avance. « Hold on » est un morceau plus speedé ou l'on retrouve des guitares typiques du heavy metal avec un chant très mélodique américain. Les choses sérieuses reprennent avec « 1999 » titre rapide bien industriel avec un chant plus agressif. Il risque d'y avoir de nombreux pogos lors de son interprétation live.

« Razorblade Butterfly », au couplet très métal dans le jeux de guitare possède par contre un chant léger et mélodique alors que son refrain est beaucoup plus hynotique, plus lourd et appuyé. « Drug Music » débute quand à lui en mode métal moderne, chant agressif, couplet indus qui passe en refrain chantant qui risque de rebuter le fan de l'industriel pur tellement il est typé radio américaine. Dommage car le morceau contient de très bons passages et solos. L'américanisation du genre est surtout représentée dans le titre suivant « A New Low » avec sa musique agressive mais encore une fois un chant très radio-friendly, le genre de refrain qui se chante gentiment sans plus.

« Hypocrite » part en saccades, industriel à fond, voix trafiquée, un super jeux de guitare. Un morceau qui ravage tout sur son passage. Quand Dope décide de ne pas mélanger les genres et d'y aller à fond, il y arrive avec succès. « Hypocrite » est vraiment un très bon titre de métal indus.

La dubstep fait sont entrée sur « The End Of The World ». une chanson aux allures de single mais dont la structure risque de ne pas plaire aux radios. Très chouette titre qui pose la question d'un gaspillage vis-à-vis d'un succès éventuel. Mais tout cela est bien vite oublié avec «un « Selfish » bien violent. Saccades, trash, indus, chant plus hardcore doté d'un refrain répétitif sur fond sonore fantomatique.

Et c'est maintenant que l'album tire sur sa fin que vient mon coup de coeur « Numb », très catchy, 3 notes répétitives de synthé qui tournent sur un rythme appuyé avec un chant accrocheur. Ce titre est calibré pour être un single. Il ne reste plus qu'au groupe de s'en servir en tant que tel. Très bonne fin d'album mais touchons quand même un mot du titre bonus « Violet ». Beaucoup plus traditionnel, il est simple et facile d'accès, le genre de titre qui pourrait être choisi pour une B.O. Sans problèmes.

Quand un groupe prend autant de temps pour sortir un album, l'attente que l'on en a en devient décuplée et du coup, peut rendre l'avis plus sévère. Mais ne nous trompons pas, il est évident que « Blood Money Part1 » est un bon album. Les guitares, basse, batterie abattent un bon boulot, tant par la qualité de jeu des musiciens que par l'inspiration des compositions.

Mais Dope étant un groupe qui ne se met pas de barrière dans les sous genre de son style évacue probablement des fans potentiels. Certains trouveront le groupe trop brute là ou d'autres se demanderont pourquoi certains refrains si radiophoniques ?
Bref Dope est doté d'une qualité qui fait aussi office de défaut aux yeux de certains.
Dans l'ensemble plus de la moitié des titres contenteront les uns et les autres, mais seul les plus ouvert adopteront l'album dans son intégralité. Nous pensons que c'est le genre d'album auquel il faut laisser une chance car n'en déplaise aux plus grincheux, on ressort de l'écoute avec une satisfaction auditive qui fait du bien.