TAMAN SHUD
Plus d'infos sur TAMAN SHUD
Stoner Rock

DoGs and GoDs
Morbid Domi
Journaliste (Belgique)

TAMAN SHUD

«Ce « DoGs and GoDs » est captivant du début à la fin et présente d'énormes qualités musicales indéniables.»

9 titres
Stoner Rock
Durée: 40 mn
Sortie le 28/10/2016
4454 vues
Chers lecteurs, bien que le monde du stoner métal et ses dérivés ne m'a jamais emballé, force est de constater qu'il existe des groupes capables de vous mettre une claque magistrale dans leur manière d'être et de sonner.
Ce groupe, Taman Shud est à ne pas confondre avec les éponymes artistes Australiens de Newcastle des années 60's sévissant quant à eux dans un rock progressivo-psychédélique.

Le Taman Shud qui nous préoccupe nous vient d'Amiens, où il s'est créé il y a 4 ans déjà.
4 membres constituent cette entité spécifique, se voyant jouer du Rock stoner.
Nous notons qu'ils avaient tous une expérience musicale préalable qu'ils purent exploiter au sein d'autres formations : Oniromancie (groupe de métal progressif d'Amiens), Don't You Dare (groupe de Hardcore/punk, toujours d'Amiens) et My Dear Hunter.

Ne tergiversons pas, ces Français offrent bien plus qu'ils ne le disent en toute humilité sous le vocable « Rock stoner » et en ce sens, leur label M&O Music ne s'est pas trompé à leur sujet en percevant chez eux une véritable interprétation Métal.

Après avoir écouté les 9 pistes de ce « DoGs and GoDs », je réalise que le potentiel est énorme.
Ces artistes m'ont captivé tout au long de ce premier opus, me renvoyant à des images de Soundgarden, de Corrosion of Conformity, de Monster Magnet et bien d'autres.

L'esprit est là et dès votre entrée dans le titre éponyme de l'album, vous prenez la pleine mesure des choses, un chant mordant, engagé, un univers musical crasseux mais bien dynamique, des boucles guitaristiques hypnotiques.

« Black Cat » brille de 1000 feux, vous plongeant cette fois dans un univers plus typé à la Pantera. Oui, chers lecteurs, ces gars d'Amiens dégagent une majesté Heavy. Ils vont bien plus loin que le seul registre du Rock. Le chant de Guillaume se place très haut dans l'échelle du sous-genre. Le jeu de lead guitare de Christofer vous attrape au cou et ne lâche pas son étreinte. C'est puissant, vivace et imparable. A la basse Robert nous enchante, ses grattes donnent une dureté intéressante dans le cheminement musical.

Sur « Last Effect » c'est le jeu de batterie de Gilles qui prend tout son sens, on apprécie la gradation dans sa frappe et les parties plus éthérées. C'est énorme.

« The Only Light In This Room » nous replonge dans le vieux métal de Papy, dans sa dimension Doomesque et complètement déjantée même si l'on sent la griffe de la modernité, Taman Shud possède la capacité de vous glisser subrepticement dans le revival.

Au niveau d'ambiances plus atmosphériques, la palme revient à l'excellent « One Foot In The Grave » qui transporte dans les plus hautes cimes (que l'on soit adepte ou non des moyens pour voyager dans les paradis artificiels).

Sur « Sharks », Guillaume se permet de chanter de manière assez Thrashy, m'évoquant le fameux groupe Belge, Channel Zero sur son non moins célèbre, « Black Fuel ».

« Lost In Answers », toujours bien saturé, se fraie un chemin dans une ambiance légèrement plus mélancolique tout en offrant une dimension énergétique assez puissante. Le riffing fait penser à Lenny Kravitz. C'est habité, rondement mené.

8ème piste, « Bullet And Glove » présente une surface plus abrupte, toutefois assez prenante. Ca décape les synapses. Le morceau hante l'univers Heavy bien gras. Quelques passages plus calmes vous donnent à peine le temps de respirer que vous repartez déjà dans des envolées prodigieuses.

L'album se termine sur « Guns And Children », véritable pépite musicale du genre. Cette fois, la racine Hardcore prend une place de guest star, soutenue par un jeu endiablé. C'est énorme et ça vous botte le cul.

Sans être spécialiste du genre, je découvre ici un groupe ayant un potentiel énorme.
Laissez-les grandir, s'affirmer sur scène et je crois que nous tenons un géant Français qui va se sublimer et prendre une place de choix sur la scène mondiale.

Ce « DoGs and GoDs » est captivant du début à la fin et présente d'énormes qualités musicales indéniables.
Rien n'est à jeter, tout est bien dosé à souhait.

Clairement, cet album s'inscrit dans les meilleures productions Stoner de 2016.
Et ce n'est qu'un début, j'en suis intimement persuadé.
Bravo à Taman Shud.

Morbid Domi (Décembre 2016)

.