Disconnect
Eugenie
Journaliste

SUPERFECTA

«« Disconnect » est un album caméléon qui mélange avec triomphe le rock, le grunge et le métal, change de rythme à tout instant et surprend sans cesse.»

9 titres
Rock Grunge
Sortie le 16/06/2018
3159 vues
AUTOPRODUCTION

Un mélange audacieux du hard rock et du metal, le tout avec des tendances carrément grunge, c'est ainsi que l'on pourrait décrire Superfecta. Le groupe existe depuis quelques années maintenant, et traduit clairement une belle entente entre ses membres : Rob Negrini au chant, Danun Todd à la guitare, Carl « Costa » Highman à la basse et Matt Vella à la batterie savent mélanger les styles sans pour autant reproduire les schémas de l'un d'entre eux. Pas étonnant, quand on sait que Superfecta est influencé par les groupes tels que Foo Fighters, Alice in Chains et Motorhead. D'autant plus prometteur est leur nouvel album, « Disconnect », sorti le 16 juin 2018.

Le single sorti en mai 2017, « Mannequin » a joué un rôle important dans la production du groupe : les guitares qui pètent les plombs et un rythme qui ne rigole clairement pas, on a ici une belle image de l'album. Avec une batterie entre le rock et le metal, et un vocal qui non seulement tient le rythme mais qui parvient à l'amplifier, c'est un exemple du hard rock moderne, qui n'oublie pas pour autant ses origines. « A Little Secret » nous plonge dans une ambiance plus posée, c'est en tout cas ce que nous laisse penser l'intro. Malgré ce ralentissement du rythme, la tendance rock/grunge, voire metal, est toujours aussi présente : c'est le vocal de Rob Negrini qui sait produire cet effet d'une performance live bondée mais mystérieuse.

Les premières notes d' « Insomnia » démarrent sur le même ralentissement de rythme, mais ce n'est qu'une impression. Le morceau, dans la même lignée que « A Little Secret » nous livre une belle performance mi rock mi grunge, avec une aura mystérieuse héritée du metal ( présente tout au long du morceau, et avec l'explosion du rythme vers la fin). Aussi dark que c'est possible, tout en restant mélodique, le titre est un potpourri réussi de plusieurs styles, tout en gardant sa propre personnalité, marqué par les guitares qui osent et un vocal engagé. « Nothing Remains », sorti en en mars 2018, garde ce rythme déchaîné et prêt à exploser, et, une fois de plus, démontre la puissance des guitares. Le tout pimenté d'un refrain fédérateur : simple mais efficace.

« Blacked Out » est un morceau plutôt traditionnel, et fait dans les meilleures traditions du rock et du grunge, avec une tendance metal qui n'est pas à nier. Le duo guitare/batterie au premier plan, un vocal qui la complète et parvient presque à tenir le même rythme, un rythme qui oscille et un refrain provocateur, on ne risque pas de s'ennuyer. Un morceau original et intéressant, qui pourrait être l'image même du Superfecta tant il représente le groupe. La première impression que laisse « The Abbyss », c'est que c'est le morceau le plus purement rock de l'album. Un titre caméléon, qui débute sur un rythme endiablé, pour ensuite ralentir mais reprendre aussitôt de plus belle : le groupe maîtrise décidément tous les tempos. La complexité de l'instru de « The Abbyss » est impressionnante, on a ici de tout, si ce n'est plus.

« Break the Frame » est un morceau posé mais tout aussi efficace, on ne perd aucune des facettes montrées par le groupe précédemment. C'est engagé et beau : mention spéciale au vocal de Rob Negrini qui mène la danse, et à la construction excellente de l'instru qui plane à l'écoute tel un mystère. « Leviathan » change de tout au tout : le retour des guitares dans toute leur splendeur, un rythme qui menace de sauter à tout instant, un vocal metal et une ambiance aussi dark que possible.

« Two Thirds » garde cette dimension dark tout en exploitant ses facettes nouvelles : un rythme qui change presque toutes les secondes, une instru géniale qui passe du rock au metal en un claquement de doigts, de la nostalgie au pétage de plombs et inversement. « Disconnect » est un album caméléon qui mélange avec triomphe le rock, le grunge et le métal, change de rythme à tout instant et surprend sans cesse, le tout dans une ambiance dark qui prône la critique de la société moderne. La complexité qui démontre ce de quoi Superfecta est capable.
SUPERFECTA
Plus d'infos sur SUPERFECTA
Rock Grunge
Chroniques