The Triumphant Age Of Death
Antares Bauglir
Journaliste

DIM AURA

«''The Triumphant Age Of Death'' de Dim Aura est un album qualitatif qui peine cependant à laisser un souvenir profond à l'auditeur, tant le manque de cohérence et de personnalité se fait vite ressentir au fil de l'écoute. Dommage.»

9 titres
Black Metal
Durée: 48 mn
Sortie le 22/03/2019
1812 vues

En ce début de printemps 2019, le groupe israélien Dim Aura nous présente sa nouvelle production intitulée ''The Triomphant Age Of Death'' (Saturnal Records), faisant suite à ''The Negation Of Existence'', sorti en 2013 en auto-production. Notons également deux EP, ''R.U.S.T'', sorti en 2011 et ''Negged'', sorti en 2017. Le combo joue depuis 2010 un Black metal traditionnel et se compose d'Ofir à la basse, de E.E.F à la batterie, de Ferum à la guitare et de H. au chant.

Cette galette se compose de 9 pistes, pour un total de 48 minutes, avec des morceaux tirant en général vers les 5 minutes, exception faite pour 'Antinomianism', titre venant scinder l'album en deux. Le Black que joue Dim Aura est assez varié, mélangeant true Black traditionnel au tempo plutôt rapide et aux guitares énergiques et Black plus moderne à tendance post, ralentissant le rythme. C'est d'ailleurs ce que l'on pourra reprocher au groupe, car les titres sont bien menés mais manquent quelque peu de dynamisme et d'étincelle qui fait headbanger du début à la fin.

L'album s'ouvre sur 'Clockwork Negativism', morceau Black plutôt traditionnel qui laisse présager le meilleur pour la suite. On y ressent tout l'héritage des norvégiens de la seconde vague de Black, notamment celui de Mayhem à l'époque de ''De Mysteriis Dom Sathanas''. Le rythme est ultra rapide, tenu par une batterie efficace et des tremolo pickings à la guitare typiques. Les titres suivants ('Towards The Plague' et 'Black Heretic Hate') restent dans la même veine, en réduisant petit à petit le tempo, notamment sur 'Black Heretic Hate' (dont la fin rappelle beaucoup Gorgoroth), pour finalement opérer un virage vers la moitié de l'album en l'orientant vers un Black plus moderne manquant quelque peu de saveur.
'The Triumphant (Age Of Death)', titre éponyme, vient cependant raviver quelque peu la flamme plus traditionnelle surtout dans son introduction. Néanmoins, la lassitude se fait de plus en plus sentir et les univers de 'The Cruel' et 'Mors Vincit Omnia' les deux dernier titres, sont quant bien éloignés du propos du début de l'album. Le rythme est beaucoup plus lent, malgré quelques passages au tempo plus enlevé et le chant se fait plus hurlé qu'un véritable scream malfaisant à vous déchirer les tympans. Une petite déception à la fin, tant le début laissait présager plus d'originalité et de patate.

On regrettera quelque peu le manque de cohérence et de personnalité de cet opus, car de bonnes idées sont présentes mais l'ensemble à tendance à s'éparpiller. Les ambiances sont certes typiques mais manquent cruellement de saveur et de cette sensibilité qui colle des frissons à l'écoute. En témoignent les noms des titres, si poussifs et exagérés qu'ils en deviennent presque caricaturaux. Dim Aura a un peu de mal à sortir des sentiers battu, ce qui peut être problématique vu l'opulence de la scène Black actuelle. Les israéliens, malgré de bonnes qualités musicales peinent à laisser une empreinte dans l'esprit et ''The Triomphant Age Of Death'', bien que de qualité, ne lassera malheureusement pas de souvenir profond.
DIM AURA
Plus d'infos sur DIM AURA
Black Metal