BLACK ALTAR
Plus d'infos sur BLACK ALTAR
Black Metal

Deus Inversus
Julien Pingenot
Journaliste

BLACK ALTAR

«Avec "Deus Inversus", Black Altar et Kirkebrann nous offrent un split diabolique et blasphématoire.»

7 titres
Black Metal
Durée: 31 mn
Sortie le 30/06/2020
158 vues

En cette fin de mois de juin, les polonais de Black Altar et les norvégiens de Kirkebrann s'allient pour sortir le blasphématoire « Deus Inversus ». Ce split comprend sept nouveaux titres, trois pour Black Altar et quatre pour Kirkebrann.

Musicalement, ces groupes sont assez opposé. En effet, Black Altar joue un Black Metal épique assez moderne et très accessible. Alors que Kirkebrann joue un Black plus primitif et très punk, typique du Black Metal Norvégien du début de la deuxième vague Black Metal. Par contre, s'il y a un point où les deux formations se rejoignent c'est sur leur amour pour le blasphème et le Malin.

Le split s'ouvre avec Black Altar qui nous propose deux titres et une outro. Comme dit plus haut, Black Altar joue un Black épique, joué à grand renforts de tremolo-picking créant de grandes nappes sonores intenses. De nombreux chœurs se font entendre et même un solo sur « Deus Inversus » ce qui est assez rare dans le Black. Black Altar est plutôt accessible, notamment grâce à sa production qui rend les deux morceaux percutants et intenses de bout en bout. Je pourrai recommander Black Altar pour un fan de Watain ou encore de Sargeist et la scène Finlandaise en général.

A l'inverse, Kirkebrann joue un Black plus punk, mid-tempo. L'influence de groupe comme Celtic Frost est palpable, on retrouve même le fameux « Ouh » à la Tom G,Warrior au début de « Faux Pas ». Kirkebrann joue un Black très riffé, bien que les tremolo soient de la partie, ils ne sont pas omniprésents comme chez Black Altar, ce qui leur permet d'avoir des breaks énergiques comme sur « Begrensa Bevissthet » par exemple.

Au final, ce « Deus Inversus » est un split très agréable qui rassemble deux groupes jouant deux styles de Black Metal assez différents mais qui au final, se marient très bien. Black Altar se l'a joue très occulte et cérémonial alors que Kirkebraunn nous montre le côté plus crasseux et repoussant de l'occultisme.