SCARS OF SOLITUDE
Plus d'infos sur SCARS OF SOLITUDE
Melodic Heavy Metal

Deformation
The Effigy
Journaliste (Belgique)

SCARS OF SOLITUDE

«Un premier album pas encore au niveau pour SCARS OF SOLITUDE mais qui laisse entrevoir un potentiel pour l'avenir. »

8 titres
Melodic Heavy Metal
Durée: 39 mn
Sortie le 01/12/2017
9552 vues
Venant de Finlande avec un metal mélodique et mélancolique, SCARS OF SOLITUDE comporte dans ses rangs le chanteur Mikko Ruuska, les guitaristes Antti Kettunen et Tuomo Laulainen, le bassiste Lassi Pollari et le batteur Niki Kuivakangas. Formé en 2015, le groupe ne tardera pas à publier une démo. Le premier single « Fool/Live To Regret » voit le jour en 2016 suivit en 2017 par « Drown » ainsi que « Enemy » pour enfin arriver au tout premier album officiel que nous découvrons ensemble.

Après un son de guitare venu du fond des âges, une rythmique rapide prend le pas de « I Remain Here ». le morceau se stabilise assez rapidement sur un mid tempo relevé de mélodies proches d'un métal gothique sur fond de batterie tribale sur les passages les plus brutes. Le chant clean et profond se veut charmeur, le sombre côtoie la lumière. Un rappel aux groupes du style To/Die/For se fait avec « Drown ». Il n'est pas étonnant que ce titre soit auparavant sorti en single. Le calibrage du tube gothique est parfait pour ce genre de morceau. Refrain très plaisant que l'on ne se lasse pas d'écouter.

Bien plus brutal, « Enemy » est aussi moins original. Le morceau gagne en puissance avec une bonne vitesse d'exécution mais rien de plus que grand nombre de groupes du genre n'ait déjà créé. Le mélancolique prend le pas sur le titre suivant. « Live To Regret » en mode semi-slow metal et sa guitare acoustique relevée dans le mix est mielleux sans être dans le mièvre. Un beau solo accompagne le tout avant de laisser une dernière fois le refrain se faire uniquement avec la guitare acoustique.

« Fool » se lance brutalement, le mix de la voix est trop bas quand un effet est placé dessus, alors qu'à l'inverse elle semble trop haute lorsque le chant est naturel. Mikko s'arrache un peu plus la gorge sur ce titre mais la composition ne ressort pas vraiment malgré l'énergie déployée. La ligne de chant reste assez plate dans l'inspiration et ne nous accroche malheureusement pas. La douceur de « Emotional Graveyard » ne remontera pas vraiment le coup perdu sur le titre d'avant. Ce slow est truffé de clichés du gothique metal. Pas laid, pas génial non plus, il se laisse écouter sans vraiment attirer notre attention jusqu'au break bien plus dur mais d'autant plus déroutant que l'on ne comprend pas ce qu'il fait là.

Un rythme punk-metal envoie « Dead Love Resurrection ». Musicalement, ce morceau contient de très bonnes parties de la part de l'ensemble des instruments. La basse particulièrement donne une très belle ligne à apprécier à l'auditeur. Le bas blesse au niveau du chant qui en plus de ne pas être très inspiré se montre même irritant par moment. Dommage pour un titre qui possédait assez bien de qualités. L'album se clôture avec « The End Of Me » qui nous rapproche bien plus du sombre et de la mélancolie recherchée par le groupe. Le tempo lourd et les tons tristes fond l'effet escompté malgré le manque d'originalité dans la composition.

Scars Of Solitude possède des moyens d'y arriver mais n'est pas encore au niveau que l'on aimerait entendre de sa part. Un meilleur travail sur la voix et les lignes de chants serait appréciable. Il est évident que le mixage moyen du chant n'est certainement qu'une question de moyen financier mais il serait bon d'axer l'effort à ce niveau. L'album est agréable à l'écoute. Le groupe peut être fier de son travail car rien n'est à jeter mais simplement, l'auditeur sera content de l'entendre grandir plus encore.