For The Love Of Metal
Shades Of God
Journaliste

DEE SNIDER

«Effectivement ça ne fait pas avancer le Metal et encore moins le schmilblick, mais qu'importe, ''For The Love Of Metal'' n'a pas ce but, il a plutôt l'ambition de prouver que l'on peut être quand on a été, ce que Snider fait à merveille»

12 titres
Heavy Metal
Durée: 42 mn
Sortie le 27/07/2018
2853 vues

Incroyable Dee Snider. Alors qu'il pourrait définitivement tourner la page du Metal et s'adonner sereinement à ses autres passions et projets comme la comédie musicale ou le cinéma, le grand blond fait son retour dans les bacs avec un nouvel opus garanti 100% moderne, le bien nommé ''For The Love Of Metal''. Un album dont le point de départ n'est autre qu'un défi lancé par le chanteur d'Hatebreed, Jamey Jasta, qui a certifié à Snider être en mesure de lui composer un disque de Metal contemporain, pour lequel il n'aurait simplement qu'à poser sa voix. La tentation était trop belle, Dee Snider ne pouvait pas refuser, surtout que Jamey Jasta avait plus d'un atouts dans sa manche pour garantir la réussite de ''For The Love Of Metal''.

Outre Jamey Jasta qu'on retrouve à la production et à l'écriture des paroles, bon nombre de musiciens se sont bousculés pour proposer leur service, parmi eux Mark Morton de Lamb Of God, Howard Jones (ex-Killswitch Engage, Light The Torch), Charlie Bellmore (Kingdom Of Sorrow), ainsi que Joel Grind et Nick Bellmore de Toxic Holocaust. Une belle équipe qui, étant plus jeunes que Dee Snider, est là pour amener fraicheur, diversité et modernité à cet opus qui se veut on ne plus contemporain. Démarrage en trompe a grands coups de double grosse-caisses version Speed Metal sur un 'Lies Are a Business' ponctué de puissants soli de guitares, avant d'embrayer sur le très Thrash 'Tomorrow's No Concern' dont le refrain est une véritable incitation aux headbangs frénétiques. On y retrouve un Dee Snider qui sort de sa zone de confort et pousse sa voix vers des horizons loin de ses standards habituels, avant d'y revenir sur des titres plus Heavy comme 'American Made', 'Become The Storm' (sublime solo de guitare sur la fin) ou encore 'Running Mazes' qui possède quelques touches groove bien senties. Dès lors le constat vient vite, ''For The Love Of Metal'' brasse large dans les influences (Thrash, Speed, Heavy, Hardcore, Power Ballad) et son but est justement de voir le grand blond sous un autre jour, celui de la modernité avec un album dont la production massive et énergique apporte énormément d'impact aux compositions. Du gros son bien lourd en constante balance avec des plans plus Heavy Metal où évidemment Snider excelle, en démontrant qu'à 63 ans il en a toujours sous le pied. Ce n'est pas le surprenant duo avec Alissa White-Gluz qui prouvera l'inverse avec le titre 'Dead Hearts (Love Thy Enemy)', une ballade des plus efficaces pour laquelle la chanteuse d'Arch Enemy officie dans le registre voix claire histoire de (se) prouver qu'elle aussi peut sortir de sa zone de confort.

Alors on pourrait toujours s'installer autour d'un feu de camp pour discuter de la légitimité et de l'intérêt de cet album, sauf que ça prendrait des plombes et cette discussion serait futile. On ne peut que reconnaitre à Dee Snider le courage (ou la folie ?) de s'être laissé embarquer dans cette histoire surtout que son dernier album solo ''We Are The Ones (2016)'' fut un vrai four. Effectivement ça ne fait pas avancer le Metal et encore moins le schmilblick, mais qu'importe, ''For The Love Of Metal'' n'a pas ce but, il a plutôt l'ambition de prouver que l'on peut être quand on a été, ce que Snider fait à merveille.

Réalisé avec un budget low cost par rapport à la grande époque de Twisted Sisters, ''For The Love Of Metal'' c'est avant tout une histoire de relations humaines et de personnes qui ont bossé avec envie pour mettre Snider en lumière. Jamey Jasta et ses acolytes ont réalisé un super travail, et en plus quand on sait qu'il est prévu que les titres soient joués sur scène, on ne peut que se réjouir un peu plus.

DEE SNIDER
Plus d'infos sur DEE SNIDER
Heavy Metal
Chroniques