EXHUMED
Plus d'infos sur EXHUMED
Death Metal/Grindcore
Chroniques

Death Revenge
Anibal BERITH
Journaliste

EXHUMED

«Un album thrash/death fort bien réussi qui marque cette rentrée 2017!»

12 titres
Death Metal/Grindcore
Durée: 44 mn
Sortie le 13/10/2017
9776 vues
Restés 4 ans sans albums studio avec ''Necrocracy'', les bouchers californiens reviennent en force avec un sixième album plein de promesses. S'inspirant des meurtres perpétrés fin 1820 en Ecosse où les cadavres de victimes étaient vendus à des anatomistes. Matt Harvey (guitare, chant), Ross Sewage (basse,chant), Bud Burke (lead guitare) et Mike Hamilton (batterie) nous proposent une galette ambitieuse de près de 3/4 d'heure composée de 12 titres (14 pour la version bonus).

Intitulé ''Death Revenge'', les maîtres du gore distillent une musique clairement thrash avec toutes les composantes indispensables à cette catégorie du Heavy Metal au sens large. Longues intro, riffs incisifs, préparation au déferlement de violence et la guerre! C'est sans concession, ça défouraille proposant une succession de plans plus ou moins brutaux à la sauce thrash/death. En effet, la musique sonne thrash, avec des riffs assez simples mais efficaces et joués très rapidement. Par dessus s'ajoutent un mid tempo plus ou moins dynamique , plus que moins d'ailleurs, déboulant très souvent sur des blast beats autour desquels s'articulent un chant thrash et un growl death.

Toute la galette est ainsi faite, ne laissant que peu de répit à son auditeur qui se fait bousculer sévèrement par la succession des riffs assassins des deux guitaristes et des coups de massues assénés par le batteur dans le groupe depuis 2011. Pour agrémenter le tout, la basse est très présente sur l'ensemble des 12 titres avec même une intro sous forme de solo sur 'The Harrowing' avec une suite plus orientée death metal que le reste du disque, le growl dominant les vocalises thrash. En revanche subsiste toujours la petite touche heavy avec le solo final car Exhumed est clairement un groupe old school dans l'approche de sa musique.

Le style des compositions, le son, les riffs, la durée des titres, les longues intro sont typiquement des structures abordées dans les années 90, jusqu'à l'artwork représentant une scène d'horreur que l'on retrouvait sur les jaquettes des cassettes VHS des films gore des années 80/90.

Proposant une intro angoissante me rappelant l'ambiance musicale du film culte Halloween ('Death Revenge Overture'), c'est avec le très old school et puissant titre 'Defenders of the Grave' que nous entrons dans le vif du sujet! La chanson est simple et efficace et annonce la couleur du thrash/death exploité par le quintet. La recette est bien sûr reprise en suivant avec le plus dissonant et plus rapide 'Lifeless'.

Les américains en ont sous le pied et l'inspiration fut forte puisque les deux titres suivants , 'Dead End' et 'Night Work' intégreront des parties plus groove dans leur composition laissant toujours de la place aux soli thrash indispensables à l'aboutissement de chacun des morceaux de ''Death Revenge''. On pourra même noter sur le second une intro rappelant la bonne époque de Metallica (''Ride The Lightning'') et même les solis torturés et stridents de Kerry King de Slayer!

Et ainsi va le disque, enchaînant les titres dépassant tout juste les 3 minutes à une exception près, 'The Anatomy Act of 1832' qui sur plus de 7 minutes (un record pour le combo) va nous embarquer dans une tirade purement instrumentale à l'intro angoissante et quelque peu épique. Le Heavy Metal est parfaitement mis à l'honneur sur ce morceau démontrant le savoir-faire et la culture musicale du quartet; le tout parsemé d'un solo basse / batterie du plus bel effet donnant le change à l'univers heavy/thrash mélodique de ces 7 minutes d'évasion avec une continuité sur 'Incarnadined Hands' dont le thème musical du précédent titre est repris en version thrash plus poussif! Et c'est tout naturellement que se profile la fin de la galette avec le titre éponyme dont l'ambiance générale est tournée vers l'horreur caractérisant ainsi le concept de cet album parlant de ce sombre épisode de l'histoire de l'Ecosse.

Avec ce sixième opus, le quartet californien tente l'aventure du concept album en s'inspirant de faits réels pour nous conter leur histoire. On peut dire que c'est fort bien réussi et que l'on ressent parfaitement l'angoisse générée par ce type d'événement. 44 minutes (sans les bonus) de pur thrash/death old school nous ramenant presque 30 ans en arrière. De plus le combo est connu pour faire des prestations live exceptionnelles (et je confirme). Une belle réussite!

Anibal Berith