FRONTAL
Plus d'infos sur FRONTAL
Progressive Death Metal

Death Eaters
United Rock Nations

FRONTAL

11 titres
Progressive Death Metal
Durée: 40 mn
Sortie le 23/05/2014
3766 vues
Vous vous demandez sûrement comment Frontal, groupe français de death-metal technique a pu partager la scène avec tout une tripotée de gros groupes juste après une démo ? Quand je dis « gros groupe s», il s'agit bien de rouleaux compresseurs comme Sepultura, Lamb of God, DevilDriver, ou encore Marylin Manson et bien d'autres... De toute évidence la démo (éponyme, de quatre titres) a parfaitement circulé et suscité de très bon retours. Donc, nous avions hâte de diriger nos tympans sur leur premier album fraîchement pressé: « Death Eaters ».

La qualité de l'album est irréprochable, que ce soit du point de vue musical ou de la production.Il s'agit de death-metal technique (ou deathcore-prog, c'est vous qui voyez...) mélangeant The Faceless, ou les récents Pestilence avec un côté « french-touch » du style Gojira (« Death Eaters ») ou Trepalium, le tout étant teinté d'une petite touche du meilleur Sepultura avec un soupçon de progressif.

L'ensemble est brutal et cohérent, les passages techniques ne dominent pas l'oeuvre, laissant de l'espace pour une écriture épurée, précise, et étudiée pour que le tout s'enchaîne dans la plus grande souplesse. Bluffant pour une première.

On retrouve des syncopations Meshugesques (« Psycopath Army », « Kronos ») côtoyant des progressions d'accords beaucoup plus sobres et atmosphériques, mais aussi des riffs pensés pour la moshpit avec des rythmes torturés(« No More Safety »), ou simplement groovys.

Il y a beaucoup d'influences diverses et variées (dans le domaine de l'extrême) dans Frontal et le mélange est très intéressant.Le plus souvent ces changements s'opèrent au sein même d'une seule et même chanson. Le chanteur, Diego Delgadillo, fait un sans faute. Puissant, il maîtrise plusieurs techniques qui habillent la furie instrumentale parfaitement. Son style growlant au légers accents de Kirk Windstein fait mouche. Faisant place parfois à de rares moment mélodiques il fait retomber l'intensité de certains passages de fort belle manière.

Pour conclure, la France peut être fier de sa scène métal en ce moment car il y a vraiment un nid de bonnes formations créatives, ne demandant que quelques infrastructures ou événements supplémentaires (spécialement en province) pour exprimer et partager leurs talents. Frontal avec « Death Eaters » est sans nul doute dans le peloton de tête.

Evilkroz