ENTHEOS
Plus d'infos sur ENTHEOS
Tech Death

Dark Future
Julien Pingenot
Journaliste

ENTHEOS

«Avec ce ''Dark Future'', Entheos nous délivre un album moyen, sans réelle fulgurance mais qui est rattrapé par quelques élements prometteurs»

10 titres
Tech Death
Durée: 41 mn
Sortie le 10/11/2017
9595 vues
Entheos est un groupe de Death Progressif américain formé en 2015, par d'anciens membres de diverses formations prestigieuses de la scène à savoir Animal As Leader, Animosity ou encore The Faceless. Début 2015, ils sortent un premier EP :  « Primal » et le 10 novembre, ils sortent l'album de cette chronique (quelque peu tardive) : « Dark Future ».

L'album s'ouvre avec la mystérieuse intro électro de « Black Static » avant que le riff vienne perturber le tout. Et première surprise, quand j'ai vu la mention « Death Metal Technique », je m'imaginais des riffs à plus de 200bpm, un batteur à 8 bras et des lignes de basses délicieuses (Ewan Brawer de The Faceless est membre) mais non, ici on à faire à Metal Technique Industriel, quasi robotique, qui me laisse de marbre face à se premier morceau.

« White Noise » vient donner un coup d'accélérateur (et encore) et même si, comme la majorité des titres, la composition des morceaux est robotique et se ressemble de morceaux en morceaux, les gratteux ou le bassiste arrivent à piquer notre curiosité avec de petits interludes ou soli vraiment bons (« Melancholia », « Pulse Of A New Era », « The World Without Us »).

L'utilisation de voix digitales (« Black Static », « White Noise », « Sunshift ») rend l'atmosphère de l'album singulière, en effet l'album se nomme « Dark Future » et avec ces voix on peut plus facilement s'imaginer quel type de futur nous avons à faire, un futur froid, industriel et robotique. De plus, l'utilisation de voix digitales apporte de la fraîcheur au niveau du chant qui est assez monotone tout au long de la l'album, attention la technique est présente mais il n'y a pas de réelle fulgurance.

Le problème majeur que j'ai avec cet album, c'est cette impression d'écouter le même morceau tout au long de l'album. En effet, même si de légers passages instrumentaux sont vraiment bons (« Sunshift », « Inverted Earth ») , la rythmique est sensiblement similaire tout au long de l'album, le chant participe aussi à cette « uniformisation » des morceaux. Et même si au départ, cela participe à créer une atmosphère intéressante, ne pas distinguer un morceau d'un autre est problématique à la longue.

Au final, Entheos nous délivre un premier album quelque peu décevant, au vu du line up proposé. Mais ne faisons pas la fine bouche, même si cet album n'a pas comblé toutes les attentes espérées, cet album est assez prometteur pour la suite.