BURNING WITCHES
Plus d'infos sur BURNING WITCHES
Hard Rock
Chroniques

Dance With The Devil
Sergent Boomer
Journaliste

BURNING WITCHES

«Le Heavy Power de Burning Witches nous gâte encore une fois les oreilles. »

12 titres
Hard Rock
Durée: 53 mn
Sortie le 06/03/2020
2265 vues
Burning Witches, le quintet helvète à la fulgurante ascension, fondé en 2015, nous présente son troisième album studio «Dance With The Devil », sous le label Nuclear Blast. Le groupe fait face à un changement de line-up avec deux nouvelles têtes : Sonia Nusselder ( ex Jackal ) qui remplace Alea Wyss à la guitare, et Laura Guldemond qui remplace Seraina Telli au chant, après le split du groupe néerlandais Shadowrise.

Êtes-vous prêts à danser avec le diable ? À peine le temps de dire oui que l'on est attiré dans la demeure du mal par une voix et une atmosphère inquiétante avec 'The Incantation', agrémenté d'un doux arpège à la guitare. La vraie bagarre comme on l'aime commencera dès 'Lucid Nightmare', et ce qui frappe, c'est la voix de Laura Guldemond. Cela nous rappelle très vite Rob Halford. À la fois mélodieuse, nerveuse, cette voix pose le décor pour le reste de l'album. Les influences Iron Maiden et Judas Priest sont bien présentes, tant instrumentalement que vocalement. Il faut dire que le style s'y prête bien.
Les chœurs du refrain de 'Wings Of Steel' nous laisseront vite nous emporter dans des vocalises de par la puissance du morceau.

Une légère accalmie avec la ballade 'Black Magic', où le solo en question-réponse entre les deux guitares tient bien sa place entre la voix et les chœurs. Viennent ensuite des morceaux dans la même trempe que le début de l'album, 'Sea Of Lies' marquera la fin de cette douce transition avec un bridge assez épique qui laissera place à un solo accompagné par une batterie bien nerveuse. Il y a de la beauté dans le Heavy Power Metal, le morceau 'The Final Fight' en est un exemple. Rapide et mélodieux, et qui vient annoncer l'épilogue de cet album. La marche épique 'Threefold Return' aidera à l'annonce du clap de fin de la galette. En effet le morceau 'Battle Hymn' sera dans la même ambiance que le précédent titre. Mais avec deux invités, et pas des moindres... Ross The Boss ex-guitariste et fondateur de Manowar, ainsi que Michael Lepond qui œuvre à la basse sous la bannière de Symphony X. Un morceau où l'on retrouve toute l'essence du power à la mode 80s. Avec un Ross toujours en forme pour nous servir des solos d'anthologie...

Pour conclure, ce dernier album des Burning Witches n'annonce que du bien. Laura Guldemond et Sonia Nusselder ont su prendre leurs places au sein de la formation. Il n'est pas toujours chose aisée de composer, enregistrer et sortir un album rapidement après un changement de line-up, espérons que le succès soit autant au rendez-vous que pour le très bon « Hexenhammer » sorti en 2018, mais ici, nous avons été conquis.