Letters To Myself
Enora
Journaliste

CYHRA

«« Letters To Myself », un premier album prometteur mais inégal pour Cyhra qui se perd dans son propre univers»

12 titres
Durée: 46 mn
Sortie le 20/10/2017
6909 vues

Cyrha est un peu le super groupe de cette année 2017 puisqu'on y retrouve Peter Iwers (ancien bassiste d'In Flames), Alex Landerburg à la batterie (ex-Luca Turilli's Rhapsody, Kamelot en live, ex-Annihilator, Stratovarius en live…), l'ancien guitariste de Shining Euge Valovirta, l'ex-In Flames et Hammerfal Jesper Strömblad à la guitare également et enfin Jake E au chant (ex-Amaranthe et Kamelot en live). Et l'association de ces grandes pointures du Metal a donné naissance à l'album « Letters To Myself » que je vous propose de découvrir sans plus tarder !

Un voile de notes électro sert d'ouverture à « Karma » avant qu'une rythmique à la batterie et à la basse instaure le climat plus Metal qu'on attendait. Les guitares proposent un accompagnement très mélodique et la voix vient se poser sur cet ensemble, entre douceur et puissance, en particulier grâce aux choeurs. Je ne m'attendais pas à découvrir ce Metalcore inspiré de Heavy en particulier sur la voix et l'atmosphère épique mais dansante. « Heartrage » est plus énergique mais on sent toujours autant ce travail sur la composition pour offrir des morceaux riches musicalement. J'émets quelques réserves sur la partie vocale de ce titre malgré tout. Serait-ce une ambiance Power que je sens venir ? Possible (vu les musiciens qui forment le groupe) et surprenant.

La guitare acoustique du début de « Here To Save You » ne laisse pas pressentir le renforcement de la mélodie. Finalement, on assiste à un jeu de réponse entre les guitares et la voix sur un background musical léger. Les chansons du groupe sont toutes assez inattendues et méritent qu'on s'attarde dessus. On continue avec « Muted Life » qui nous propose des cordes en ouverture en soutien de la ligne rythmique avant que les guitares ne s'imposent. Décidément, vu la place accordée aux guitares dans la composition, on se demande presque pourquoi le groupe ne propose pas que des titres en instrumental, et ce n'est pas « Closure » qui vous fera dire le contraire ; bien que j'apprécie grandement de pouvoir entendre la voix plus apaisée du chanteur.

Le titre éponyme est bien plus énergique et violent et les influences de nos deux ex-In Flames est plus que palpable dans son écriture. On a parfois un peu l'impression que le groupe se perd en cherchant à mobiliser le talent de chacun de ses musiciens aux univers, soyons honnêtes, assez différents les uns des autres. Cela donne des compositions très bien construites mais parfois trop lourdes et presque incohérentes sur certains passages. « Dark Clarity » vient apporter un peu d'ordre à tout ça autour d'une sorte de Death mélodique transposé sur une base Metalcore. « Holding Your Breath » me laisse un arrière-goût amer, probablement en raison du côté un peu niais et trop facile de la chanson qui emprunte presque à la Pop.

« Rescue Ride » et son introduction au piano change le ton de l'album en créant une atmosphère mélancolique, bien vite remplacée par des mélodies bien trop Pop, encore une fois. Cet album qui promettait de belles surprises semble finalement tomber dans la facilité. Avec « Black Wings » on continue dans cette même veine… Je ne sais plus qui invoquer pour que Cyhra reviennent vers les premiers titres de l'album. Le solo de guitare sera-t-il suffisant pour ramener le groupe à ses meilleurs moments ? Avec joie, je retrouve le piano sur « Inside A Lullaby », une chanson qui invite à la rêverie ne serait-ce que par son titre, mais elle confirme cette impression par sa composition.

Le début de « Dead To Me » sonne de façon totalement différente avec une voix parlée sur des guitares acoustiques. Une force se dégage de cette introduction, et celle-ci gagne en puissance lorsque Jake E se met à chanter. Cyhra a connu une sorte de passage à vide à la moitié de son album mais la conclusion est réellement de toute beauté. Le groupe semble encore se chercher, ce qu'on peut comprendre avec un premier album, au milieu des milliers d'influences de chacun de ses musiciens.