Fear itself
Anibal BERITH
Journaliste

CRIMINAL

12 titres
Thrash
Durée: 43 mn
Sortie le 11/03/2016
3792 vues
L'Amérique du Sud est souvent à l'honneur en Metal Extrême avec des groupes très novateurs que je ne nommerai pas. Ici, nous allons nous intéresser à un groupe chilien fêtant cette année (2016) ses 25 ans de carrière ! CRIMINAL, autour d' Anton Reisenegger (Chant et guitare rythmique) seul rescapé de la formation d'origine en 1991, Zac O'Neil (batterie) présent depuis 2001, Dan Biggin (Basse) au sein du groupe depuis 2007 et la dernière recrue (2015) en « le lead guitar » Sergio Klein, nous dévoile le 11 mars 2016, leur 8ème album Fear Itself.

Je ne vous cache pas que que je n'ai pas écouté toute la discographie du quatuor chilien mais cette dernière galette est plus que virulante et très influencée Thrash et Death Metal teintée avec parcimonie de riffs Metalcore. Cela paraît normal lorsque l'on connait les influences et l'expérience des musiciens officiant dans le groupe. C'est donc sur 12 pistes très équilibrées (moins de 4 minutes) sur un peu moins de ¾ d'heure que les chiliens vont déverser leur colère musicale tournant autour des thèmes de la vie, la mort et les expériences personnelles.

Après une courte intro de 58'', l'album attaque avec 'Down Driven' orienté thrash par ses riffs gras rapides sur fond de mid tempo. Le chant est puissant, le rythme entrainant et le solo heavy old school de toute beauté. 'Shock Doctrine', 'Scream Of Consciousness', 'Animals To God', 'Wasted Youth' et 'Carne Molida' suivront cette influence thrash avec une multitude de variétés rythmique et mélodique. Chaque morceau est unique et ne ressemble à aucun autre si bien que l'on peut écouter la galette sans se lasser. Tous sont dotés du solo qui va bien respectant bien cette ambiance old school avec un petit passage Metalcore pour 'Shock Doctrine' donnant une texture plus actuelle montrant que les gars ne sont pas restés cantonnés au thrash des 90's. Technique musicale que l'on retrouvera sur l'intégralité de' Deep In The Rot'.

Une note particulière au morceau le plus long de la rondelle 'Scream Of Consciousness' et ses 5'29'' qui par son tempo lent et lourd et ses riffs saturés lancinants faisant durer les notes me font penser à SLAYER de l'après Reign In Blood imposant un thrash plus sombre et plus lourd jamais exploité jusque là. Les autres titres du Full Length sont plus catchy et clairement influencés Death Metal : 'False Flag Attack' et son court passage grindcore récurrent venant perturber les riffs tabassés de la rythmique créant ainsi une ambiance plus sombre. La superbe intro à la basse de 'The Needle And Knife' avant de déverser sa lourdeur et ses riffs dissonants sur un rythme en sans cesse évolution. Les riffs dissonants et la voix plus puissante d'Anton sur 'Summoning The Apocalypse' et le dévastateur 'The One Who Speaks At Night', lourd et speed à la fois connaissant un court passage atmo voire planant avant que le growl terrifiant d'Anton ne reprenne le dessus et le solo dérangeant à mi parcours ne vienne nous rappeler l'obscurité de la compo.

Fear Itself est rudement bien ficelé et structuré alternant morceaux Thrash et Death de façon équilibrée. Globalement old school, la quatuor sait insérer des riffs Metalcore plus au goût de jour tout en sachant conserver son identité. La grande variété des compositions font que l'on ne se lasse pas d' écouter ce 8ème album de CRIMINAL que je vous invite à découvrir !