ULTHAR
Plus d'infos sur ULTHAR
Black / Death / Crust

Cosmovore
Beleth Ars Goetia
Journaliste

ULTHAR

«Un album prometteur qui donne une belle vision des capacités des californiens. Ulthar nous fait voyager sur des planètes en perdition et dans l'espace, frontière de l'infini…»

6 titres
Black / Death / Crust
Durée: 37 mn
Sortie le 09/11/2018
2568 vues

Ulthar est un groupe originaire de Californie et se compose de Shelby Lermo (chant, guitare, sample), de Justin Ennis (batterie) et de Steve Peacock (basse, chant, synth). ''Cosmovore'' est leur premier LP, tout frais pondu et sorti le 9 novembre chez 20 Buck Spin. Le groupe défini son style aux croisements du Black, du Death et du Crust et leurs influences vont d'Immortal à Absu, en passant par Morbid Angel, les débuts de Pestillence, Demilich et Rudimentary Peni.

L'artwork a été réalisé par l'illustrateur anglais Ian Miller, connu pour ses illustrations pour Warhammer et l'oeuvre de H.P Lovecraft. Le choix de cette cover est très interessant : c'est coloré, fantastique et très old school, si bien que l'on s'attend à écouter la bande originale d'un épisode de Star Trek (série originelle), alternatif et beaucoup plus punk. Mais à l'instar de groupes tels que Khonsu ou Darkspace, Ulthar n'utilise que très peu de samples électroniques pour donner ce côté sci-fi galactique ('Cosmovore', 'Entropy-Atrophy', et 'Dunwich Whore').

''Cosmovore'' est indéniablement énergique, comme en témoigne le morceau éponyme d'ouverture aux forts accents death à la Morbid Angel. Le rythme alterne entre blast beats et tempo un poil plus lent, pour un rendu très caverneux et maléfique et sans jamais s'essouffler. Le style des floridiens se retrouve également sur 'Assymetic Warfare', sans pour autant se contenter de n'en être qu'une pâle copie, bien au contraire. Ce titre complexe laisse également la place à quelques interludes épiques bien destructrices et un petit breakdown sympathique en fin de morceau.

Certains titres, comme 'Entropy-Atrophy' s'orientent au contraire vers le Crust le plus cradingue et primitif qu'il soit, ce qui permet de varier le rythme de l'album ainsi que de démontrer la dextérité des musiciens.

Les morceaux sont très structurés et assez complexes, sans pour autant perdre l'auditeur et mélangent allègrement les passages très black, avec un chant aigu aux passages plus lourds avec une voix typiquement death. Un bon exemple est 'Infinite Cold Distance' et sa musique très death doublée d'un scream très aigu provenant tout droit de catacombes martienne et un rythme très punk primitif.

Le dernier titre, 'Dunwich Shore' s'oriente quant à lui vers les mondes insondables du progressif, toujours en double voix black/death et sur un rythme plus lent que le reste du LP. Les arpèges, cassés par des contres temps douloureux (pour les cervicales) sont englouti par un long passage très black et virtuose, rappelant Absu. Le morceau est dense et permet de terminer en apothéose. Une sorte de bouquet final ou le groupe se lâche une dernière fois, sur près de treize minutes ou quelques longueurs se font ressentir.

Un album prometteur qui donne une belle vision des capacités des californiens. Ulthar nous fait voyager sura des planètes en perdition et dans l'espace, frontière de l'infini…