CORELEONI
Plus d'infos sur CORELEONI
Hard Rock

II
Fred H
Journaliste

CORELEONI

«Avec ses nouveaux dépoussiérages des plus classieux, CoreLeoni rend – une seconde fois – un bel hommage à la riche discographie de son leader.»

13 titres
Hard Rock
Durée: 50'33 mn
Sortie le 27/09/2019
2960 vues






Fred H
Journaliste




Laurent Sage
Journaliste





La Chronique de Fred H



Début 2018, pour célébrer les 25 piges du premier méfait éponyme commis avec sa formation Gotthard, Leo Leoni, le guitariste et fondateur dudit groupe helvète, choisissait d'offrir une seconde jeunesse à certains titres de son répertoire. Épaulé par une nouvelle équipe baptisée pour l'occasion CoreLeoni, le lascar et sa clique livraient un « The Greatest Hits - Part 1 » des plus plaisant. Avec un nom si évocateur et vu le très bon accueil reçu, la parution rapide d'un « II » ne laissait que peu de doutes.

Pour ce second chapitre, la joyeuse bande (on prend exactement les mêmes et on recommence) à une fois encore pioché dans la riche discographie du patron. C'est surtout les chansons parues au début des années nonantes …quatre-vingt-dix (toute sauf une en fait) qui ont été choisies. Hormis l'intro ('Waltz No. 2') et l'outro (thème du « Parrain » jouée au violon) plutôt dispensables, le quintette a sorti la grosse artillerie. Les classiques et autres incontournables s'enchaînent. Le hard bien groovy (l'addictif 'Love For Money') côtoie les accents AC/DC-iens (l'accrocheur 'She Goes Down') et le hard rock mélodique (la reprise 'I'm Your Travellin' Man' des américano-suisses de Cobra). Le jeu subtil de sixcordes du petit blondinet à la longue tignasse fait toujours merveille (l'irrésistible 'Mountain Mama' et ses célèbres passages talk-box bouche/guitare). Du pur régal pour nos délicates esgourdes. Pas en reste, la section rythmique composée du second gratteux Jgor Gianola (U.D.O, Jørn Lande), du bassiste Mila Merker (Soulline) et du frappeur Hena Habegger (Gotthard… tiens donc) associe efficacité et feeling (le décoiffant 'Make My Day' et sa cow-bell). Rien à (re)dire, du bien bel ouvrage que ces revisites.

Les interprétations du chanteur Ronnie Romero (Ritchie Blackmore's Rainbow, The Ferrymen, Michael Schenker Fest, Lords Of The Black) ne font pas du tout pales figures en comparaison des vocalises du regretté Steve Lee. Grâce à son timbre chaud et puissant, le chilien est aussi à l'aise dans le registre power-ballade (la somptueuse 'Angel'), que dans les moments plus sombres ('No Tomorrow', seule piste période post an 2000) ou sur les morceaux plus racés (le flamboyant 'Standing In The Light'). Avec tous ces trucs à mettre le feu à la baraque (l'énergique 'Open Fire'), difficile de ne pas se laisser cueillir et se mettre à beugler de plaisir. Whouaaah!.

Pas d'inédit ce coup-ci, du moins pas sur le CD simple. Seuls les détenteurs des versions digitales et vinyle auront droit en sus à 2 compos totalement nouvelles ('Queen Of Hearts' et ses enfilades de soli, 'Don't Get Me Wrong' et son riff gras) ainsi qu'une reprise de John Lee Hooker (le hit 'Boom Boom').

Avec ses nouveaux dépoussiérages des plus classieux, CoreLeoni rend – une seconde fois – un bel hommage à la riche discographie de son leader. A l'instar de la trilogie culte du « Parrain », on ne crachera sûrement pas sur une future troisième partie. Du coup, messieurs, vous savez ce qu'il vous reste à faire.

La Chronique de Laurent Sage



Après un premier album de reprises de Gotthard, l'on pensait le projet terminé, mais c'était sans compter avec Teo Leoni. Le guitariste accompagné de son acolyte Ronnie Romero au chant (dont le timbre rappelle quand même beaucoup celui de Steve Lee) remet le couvert pour un CoreLeoni sobrement intitulé "II".

Pourquoi donc une suite à un premier album de reprises ? Après avoir fêté les 25 ans de Gotthard, l'idée a germé dans la tête de Leo car lorsque le groupe tourne et promeut son nouvel album, il y a forcément de "vieilles" chansons qui sont mises de côté et qui auraient largement leur place sur la setlist. Et certaines de ses chansons pour des raisons diverses tiennent particulièrement au cœur de Teo. Il a donc décidé de les ré-enregistrer avec une production moderne. Une sorte d'hommage.

On ne va pas se le cacher, c'est une très bonne idée. Quel plaisir de retrouver ‘Mountain Mama' au riff imparable, aux parties de talk box. Cà groove, on tape du pied, on chante le refrain. Et puis les interventions solo de Teo sont toujours gorgées de feeling. ‘I'm Your Travellin' Man", son intro à la basse dans le style Great White avec le fameux ‘Rock Me', la guitare entre en jeu, gros son, voix légérement éraillée, petit break, on repart , progression lente jusqu'à ce solo mélodique, un final qui balance. Il n'y a rien à dire, Teo a l'art de composer de très bons morceaux de Big Rock.

Vous retrouverez aussi sur cet album deux nouveaux morceaux ‘ Queen of Hearts' et ‘ Don't get me Wrong', qui pourraient effectivement avoir été composés pour Gotthard. Tempo un peu plus rapide sur ‘Queen of Hearts', break au milieu du morceau avant un final très électrique, Teo triturant sa six-cordes en nous offrant une palette de son jeu.'Don't Get me Wrong' sonne un peu plus "moderne" dans son approche, avec une approche moins festive que sur nombre de morceaux du groupe. Encore un beau numéro de Teo.

Une reprise de John Lee Hooker ‘ Boom Boom' vient compléter ce best-of revisité. Il faut néanmoins aussi féliciter la qualité des musiciens qui accompagnent Teo : Hena Habbeger à la batterie ( membre fondateur de Gotthard et qui vient d'ouvrir son école de batterie), le guitariste Jgor Gianola, qui a fait partie de Gotthard au début du groupe puis qui a rejoint U.D.O, Mila Merker à la basse officie quant à lui dans un groupe de death metal mélodique. Et pour n'oublier personne, Ronnie Romero est un chilien qui jouait dans le groupe espagnol Lord Of The Black. Depuis 2016 il est le chanteur de Rainbow, de qui vous savez.

Au vu du C.V des musiciens, vous comprendrez que l'on a affaire à un groupe qui sait ce que rocker veut dire.

Pour les die-hard fans de Gotthard, l'ajout de deux inédits et d'une reprise de John Lee Hooker justifiera l'achat , quant aux autres qui ne connaissent que partiellement le groupe, on ne peut que hautement vous recommander ce best-of revisité. On vous promet que vous allez taper du pied et headbanger. Imparable.

Des dates sont prévues pour promouvoir l'album mais pour l'instant, rien de prévu en France. Etonnant vous avez dit ? Dommage je réponds.