Condolences
Enora
Journaliste

WEDNESDAY 13

«''Condolences'', quel plaisir de retrouver l'univers de Wednesday13 !»

13 titres
Durée: 46 mn
Sortie le 02/06/2017
7336 vues

Avant d'être un groupe, Wednesday 13 est le pseudonyme de Joseph Poole, un chanteur américain d'Horror Punk. Ce projet musical fait suite à Frankenstein Drag Queens From Planet 13 ou encore Murderdolls. Le premier album est paru en 2005 et « Monsters Of The Universe : Come Out And Plague » était l'occasion de célébrer les 10 ans du groupe, mais c'est pour « Condolences » qu'on retrouve Wednesday 13.

Dès l'introduction, « Last Rites », le groupe nous plonge dans un univers sombre, angoissant et malsain. L'effet est immédiat et irréversible. Le côté électro de « What The Night Brings » rappelle certains classiques des musiques d'horreur mais la voix du chanteur vient nous rappeler que le groupe va plus loin, en particulier avec un refrain presque dansant, à la manière d'une danse macabre. A la manière de certains titres de Rob Zombie, « Cadaverous » débute sur une voix parlée avant que la musique ne se lance. La rythmique est d'une efficacité effrayante. « Blood Sick » est plus classique dans son écriture et revient vers des sonorités Rock moins inquiétantes.

La batterie en ouverture de « Good Riddance » donne une bonne image de ce titre qui s'avère être un contraste permanent entre passages violents et moments plus légers et vicieux, toujours sur cette rythmique infatigable. « You Breathe, I Kill » continue dans la voie de la brutalité la plus intense. Cette puissance donne réellement envie de voir le groupe sur scène, le show est sans aucun doute monstrueux. Si vous ne headbanguez pas sur ce morceau, il y a un sérieux problème ! « Omen Amen » revient vers des influences Gothic électro avant de prendre un virage résolument plus lourd.

« Cruel To You » serait-elle la chanson plus calme de cet album ? Il semble que non, ou alors Wednesday 13 n'a pas la même définition de la douceur que beaucoup de groupes. La seule différence par rapport aux autres titres est que celui-ci est plus entraînant. « Eulogy XIII » est la transition instrumentale et reposante que nous attendions tant. L'atmosphère se tend à nouveau et une seule hâte nous envahi : entendre la suite ! « Prey For Me » (petit jeu de mot autour de « Pray » = prier et « Prey » = une proie) est l'apogée des compositions malsaines de cet album et vous sentirez probablement vos poils se hérisser avant la fin du morceau.

Avec « Lonesome Road To Hell », on a presque l'impression d'écouter un autre groupe que Wednesday 13 puisque l'aspect effrayant et sombre de leur musique est mis de côté au profit d'une ligne musicale entraînante. La petite mélodie d'ouverture du titre éponyme, accompagnée d'une rythmique, donne le ton pour cette fin d'album entre terreur et compositions travaillées. « Death Infinity » clôt cet album dans une ambiance plus aérienne et douce mais Wednesday 13 ne renoncerait pour rien au monde à son univers torturé.

Quel plaisir de retrouvez l'univers si unique de Wednesday 13 ! « Condolences » est un album puissant qui nous entraîne dans la nuit sans fin du groupe. On rêve d'entendre cet album en live car on ne doute pas de la présence scénique de musiciens aussi habités.