CLEMENS WIJERS
Plus d'infos sur CLEMENS WIJERS
Industrial Black Metal

Parasite Twin
Baptman
Journaliste

CLEMENS WIJERS

«L'émérite claviériste de Carach Angren dissèque sans pudeur des psychologies malsaines et torturées dans cet EP solo combinant avec brio métal industriel et symphonique »

5 titres
Industrial Black Metal
Durée: 17 mn
Sortie le 26/07/2019
3106 vues
AUTOPRODUCTION

Le moins que l'on puisse dire c'est que Clemens Wijers ne chôme pas.

Cofondateur et claviériste du trio hollandais Carach Angren, Wijers s'est taillé en une quinzaine d'années avec Dennis 'Seregor' Droomers et son frère Ivo 'Namtar' Wijers, une place de choix sur la scène black métal mondiale, à la hauteur de leur talent de mise en scène et de composition. A force de persévérance, suite à un investissement personnel sans pareil adossé à une sincère humilité et accessibilité, enfin et surtout, grâce au décorum horrifique do-it-yourself des plus raffinés qui a fait leur réputation, Carach Angren s'est imposé comme l'un des groupes les plus excitants que la scène métal extrême ait connu ces dix dernières années.

C'est actuellement en pleine tournée européenne en tête d'affiche que celui que l'on connaît avant tout sous l'alias nébuleux de ''Ardek'' signe fin juillet son deuxième album solo : ''Parasite Twin''.

Ce court EP de 5 titres, confirme le goût non dissimulé de Wijers pour le métal industriel, une inclination que son public avait eu l'occasion de constater avec le titre éponyme de sa précédente production solo ''Worlds'' en 2017 qui mettait déjà à l'honneur son talent à combiner métal extrême, arrangements orchestraux, batteries et samples électroniques. Comme si cela ne suffisait pas, Wijers a comme cachet supplémentaire dans ce style le privilège d'avoir apporté sa collaboration aux arrangements d'albums de deux des plus grands noms de la scène métal industriel en les personnes de Peter Tägtgren (Pain) et ...Till Lindemann lui-même sur l'album ''Skills In Pills''.

''Parasite Twin'' se présente donc comme un condensé de ce que Wijers sait faire de mieux : d'abord, poser des ambiances aussi malsaines que fantastiques en associant avec maîtrise des mélopées inquiétantes au clavier, des choeurs fantomatiques et des arrangements orchestraux classiques dignes de la BO des meilleurs films d'horreur. Ensuite, rajouter à cela des effets de distorsion, des boucles électroniques, des voix-off et une batterie déshumanisée et robotique.

Le résultat est un travail très personnel et expérimental qui dévoile, sans toutefois perdre les fans de Carach Angren, une autre facette du musicien. Cette combinaison de style, plutôt surprenante, vient en fait judicieusement à l'appui des thèmes sordides abordés dans l'EP : psychologie d'un harceleur, confessions d'un tortionnaire, cauchemar à la frontière du réel, souffrance d'un protagoniste attaché à jamais à son jumeau parasite diabolique…La folie et le processus de déshumanisation de ses personnages est rendu concret et palpable dans cette alliance entre la musique organique du compositeur et la musique électronique de la machine. Il est certain que l'univers de Wijers n'a pas gagné en légèreté en dehors de Carach Angren, d'ailleurs certains titres comme 'Nightmare', 'Machine' ou 'Closing In', aussi bien dans les thèmes que dans les mélodies au clavier et les attaques orchestrales qui les animent nous rappellent aussitôt les plus belles productions des maîtres hollandais de l'horreur, tant la patte de Wijers est reconnaissable.

La grande nouveauté et prise de risque de ''Parasite Twin'' est le souhait de Wijers de s'essayer au chant, ou aux ambiances vocales sur un titre comme 'Fucked Up'. Une tâche ardue dont il s'acquitte de manière plus ou moins convaincante selon les titres.

Sa tessiture naturellement grave vient fort à propos à l'appui du refrain du très Rammsteinien 'Closing In', vocalement comme musicalement sa performance la plus aboutie sur l'EP. Les voix-off chuchotées, les cris et les overdubs sur 'Fucked Up' servent bien le thème du morceau qui se veut aussi brutal, torturé et inhumain que la personnalité du protagoniste auquel il semble faire référence. Quant à sa voix saturée sur 'Nightmare', elle n'est pas en reste et fera sourire les fans de Seregor. En revanche, les couplets à base de phrases lâchées en questions/réponses sur le morceau-titre sont malheureusement bien moins réussis, trahissant une interprétation théâtrale plutôt bancale et des textes qui auraient gagné à être un peu moins simplistes compte tenu du thème traité, ce qui est d'autant plus dommage que le refrain n'en est pas moins, lui, très accrocheur et efficace.

Wijers étant avant tout un compositeur et un créateur d'ambiances chevronné, ''Parasite Twin'' s'appréciera plus comme un album d'ambiance ou d'illustration que comme un album classique. La production de l'album qui à l'écoute apparaît 100% digitale et à base d'instruments virtuels, renforce cette impression. Il n'en reste pas moins une production très intéressante grâce à sa promesse tenue d'allier métal industriel et symphonique, et un voyage malsain et fantastique dont on se régale, pour peu qu'on soit un tant soit peu fan des univers horrifiques.

Saluons au passage le caractère artisanal et 100% fait maison de cet EP intégralement composé, produit, chanté, enregistré et mixé par Clemens Wijers lui-même, qui s'est entouré pour la promo de ses amis Costin Chioreanu graphiste et réalisateur de plusieurs clips ainsi que de l'artwork du dernier album de CA, pour la lyrics video de Parasite Twin, ainsi que du photographe Negakinu.

Parasite Twin est totalement autoproduit et sortira en physique et digital sur le bandcamp de Clemens Wijers le 26 juillet : ardek.bandcamp.com/album/parasite-twin

Vous pouvez également retrouver l'interview de Clemens 'Ardek' Wijers à l'occasion du passage de Carach Angen à Paris ICI : www.unitedrocknations.com/interviews-car.......9