DESASTER
Plus d'infos sur DESASTER
Thrash / Black Metal

Churches Without Saints
Anibal BERITH
Journaliste

DESASTER

«Malgré une tracklist déséquilibrée, Desaster renouvelle le son de son black thrash old school et déploie de bonnes compositions !»

11 titres
Thrash / Black Metal
Durée: 46 mn
Sortie le 04/06/2021
274 vues

Avec en moyenne un disque tous les cinq ans depuis 2007 avec "Satan's Soldiers Syndicate", c'est tout naturellement que les allemands ont retrouvé la route du studio pour dévoiler leur neuvième album "Churches Without Saints" succédant ainsi à "The Oath of an Iron Ritual", le 4 juin 2021 via Metal Blade Records. Fort d'un nouveau batteur depuis 2018 à la suite du départ de Tormentor, Desaster a profité de cet atout pour renouveler son jeu en imposant un nouveau son.

La première chose que l'on remarque dès la découverte de ce nouvel opus, c'est la pochette très agressive qui vient dans la continuité du disque précédent. La cathédrale que nous voyions dans toute sa splendeur prenant forme dans un environnement enflammé en 2016 semble être reconduite ici sous un angle différent, dominant, l'auditeur se faisant sermonner par un terrifiant cardinal et ses évêques.

Le ton est donné, la thématique aussi dont cette dernière repose sur la grande mascarade que représente la Religion. C'est d'ailleurs l'idée principale du titre éponyme qui sur plus de 5 minutes distille une atmosphère lourde et ténébreuse laissant entrevoir quelque chose de malsain en tenant l'auditeur en haleine. On retrouve cette ambiance avec 'Endless Awakening' dont la construction musicale est plus douce se mariant avec l'univers épique de la Face B à contrario de la Face A que je trouve plus agressive et davantage dans l'esprit black thrash old school du groupe.

C'est avec la variété proposée par les teutons que l'on réalise que le pari de nouveau son est une réussite puisque les onze titres de la galette conservent clairement le son old school de Desaster tout en le modernisant par une approche plus ronde et dont l'atmosphère reste agressive. En revanche, après plusieurs écoutes, je trouve la tracklist déséquilibrée avec la sensation d'une Face A trop longue et très dynamique à contrario d'une Face B plus tempérée et épique.

Globalement le disque s'écoute avec plaisir et ça se ressent dans l'écriture qui mêle des chansons brutales ('Learn to Love the Void', 'Primordial Obscurity'), intenses ('Failing Trinity', 'Hellputa') et plus accessibles avec l'ovni 'Exile Is Imminent' sur fond de heavy metal et d'intro martiale avec sa touche répétitive façon synthwave !

Ce neuvième album ne fera pas partie de mon top 10 2021 mais il reste un bon cru avec des compositions inspirées et agréables à écouter. Le déséquilibre de la tracklist entache un peu l'oeuvre mais je retiendrai que Desaster renouvelle le son de son black thrash old school et distille globalement de bonnes compositions !

Tracklist :
1 The grace of sin (intro)
2 Learn to love the void
3 Failing trinity
4 Exile is imminent
5 Churches without saints
6 Hellputa
7 Sadistic salvation
8 Armed architects of annihilation (in clarity for total death)
9 Prinordial obscurity
10 Endless awakening
11 Aus Asche (outro)