Celestial
Fred H
Journaliste

ROB HALFORD

«Très peu probable que les Metal Maniacs purs et durs adhèrent à cet exercice de style quelque peu risqué et déroutant»

12 titres
Metal
Durée: 45'19 mn
Sortie le 18/10/2019
2989 vues
LEGACY RECORDINGS
Rob Halford est une icône, l'une dernière légende vivante du Hard Rock. On ne compte plus les classiques qu'il a interprété avec son combo Judas Priest. Courant 2009, le Metal God livrait un premier opus (son 3eme en solo) consacré à des chansons traditionnelles de noël revues à la sauce metal. D'aucuns avaient criés au scandale, à la supercherie, à la blague, à l'infamie devant ce complet ratage. Disons que, pour être respectueux envers l'immense carrière du monsieur, ce « 3 : Winter Songs » ne cassait pas 3 pattes à la dinde aux marrons de noyel. Quoi qu'il en soit, une décennie plus tard, l'anglais décide de récidiver.

Alors, qu'en est-il de cette seconde tambouille ? Déjà, il s'agit d'une galette estampillée Rob Halford With Family & Friends. Derrière ce blase, il faut comprendre que Rob a bossé « en famille ». Il a collé son frangin Nigel derrière les fûts, sa soeurette Sue aux petites cloches (?!), son neveu Alex Hill (fils du bassiste Ian Hill du Priest et ex-mari de Sue) à la 4-cordes et s'est également adjoint les services de 2 potes gratteux que sont Robert Jones et Jon Blakey. Ensuite, ce deuxième effort comporte donc 8 titres de noël réarrangées « in a heavy metal style » et 3 compos (et une intro éponyme pour mise en ambiance) totalement nouvelles écrites pour l'occasion. Le christmas album est une véritable institution aux pays de l'oncle Sam. Soyons honnêtes, cela est beaucoup moins vrai dans notre hexagone.

A 68 balais, ce cher Robert se la (re)joue donc Santa Claus (cela fait plusieurs années qu'il arbore la barbe grisonnante). Globalement, l'opus se découpe en 2 tons. D'une part, des titres plutôt très calmes centrés sur les grattes sèches ('Good King Wenceslas' transpercé de soli de sixcordes pas dégueu, 'O Little Town Of Bethlehem', la ballade guimauve 'Morning Star' avec ses « Oh-oh-oh... oh » faciles) ou l'orgue ('The First Noël' et sa chorale, le sirupeux 'Protected By The Light'). Malgré une aparté plus sombre ('Away In A Manger'), tout ça déborde de bons sentiments … en même temps vu la thématique choisie, difficile de passer outre. Le natif de Birmingham à clairement délaisser les cris suraigus et les vocalises hautes perchées.

D'autre part, pour tirer son traineau (tout en metal bien sûr), Robounet à remplacer les rennes et le costume du gars en rouge par sa célèbre Harley Davidson et ses fringues tout en cuir clouté. Histoire de tenter d'enflammer quelques buches, la clique familiale délivre des compos ou relectures plus pêchues balancées à grands renforts de riffs metal et d'un chant un chouia criard ('Donner And Blitzen', 'Deck The Halls', 'Hark! The Herald Angels Sing'). Les 2 guitaristes essaient quelques embardées rythmiques ('God Rest Ye Merry Gentlemen', 'Joy To The World'). Au mieux sympatoche mais rien de mémorable.

Bref, en Rob-isant tous ces chants traditionnels de Noël, Halford semble s'être à priori fait plaisir. Cela est nettement moins vrai pour nous, avouons-le. Il parait très peu probable – pour ne pas dire impossible - que les Metal Maniacs purs et durs adhèrent à cet exercice de style quelque peu risqué et déroutant. Les plus aventureux et moqueurs pourront toutefois offrir ce « Celestial » à leurs pépés respectifs pour qu'ils rangent cette rondelle à côté de celles de Tino Ro(u)ssi. Même pour la galéjade, pas sûre que cela en vaille la peine.