Cease The Day
Shades Of God
Journaliste

IN THE WOODS

«Difficile de ne pas être dithyrambique face à un tel album, « Cease The Day » est absolument bouleversant de beauté et de puissance»

8 titres
Black Metal (early), Avant-garde/Experimental/Progressive (later)
Durée: 54 mn
Sortie le 23/11/2018
1452 vues

A l'instar de bien de formations norvégiennes nées au début des années 90, In The Woods aura vu son style évoluer au cours de sa carrière. Death Metal, Black Metal, orientation plus atmosphérique et expérimentale et puis plus rien pendant 14 ans jusqu'au jour où le besoin de s'exprimer est revenu. Ce retour s'est matérialisé en 2016 avec le sublime « Pure » et comme il faut battre le fer tant qu'il est chaud, In The Woods est déjà sur le pont deux ans après avec une toute nouvelle oeuvre, « Cease The Day ».

30 ans après avoir vu ses ados se lancer dans la musique avec toute l'ardeur qu'on possède à cet âge, la Norvège continue de fasciner et d'offrir au monde du Metal (au sens large) des groupes dont la faculté d'épater est sans limite. Pour sûr, In The Woods fait partie intégrante de ce que la Norvège a enfanté de mieux, de plus classe, parmi la cohorte de groupes existant encore de nos jours et s'il a fallu attendre 14 ans pour les voir revenir sur le devant de la scène, le résultat fut étincelant. Dans la droite lignée de « Pure », « Cease The Day » reprend peu ou prou les choses là où In The Woods les a laissées avec un album énorme fait de 8 titres pour 54 minutes d'un Metal beau et puissant à la fois, où les Norvégiens étalent tout leur savoir-faire. « Cease The Day » propose de longs titres durant lesquels In The Woods fait parler toute sa science en montrant les nombreuses facettes qu'il est capable d'arborer. Parfois la dominante est Prog ('Empty Streets'), parfois plus Black Metal ('Substance Vortex'), à d'autres moments c'est l'aspect atmosphérique qui prend le dessus ('Still Yearning') mais le résultat est toujours d'une extrême justesse et transporte l'auditeur vers un monde où le temps et les émotions ne sont plus les mêmes. C'est aussi cela qui est totalement fascinant chez In The Woods, cette capacité à mélanger les éléments, les styles, tout en gardant une cohérence du début à la fin. Il suffit d'écouter 'Strike up With The Dawn' pour comprendre à quel point In The Woods possède une créativité incroyable, aux arpèges succèdent les riffs nerveux, au chant clair se substitue des cris puissants, et le Metal ''plus dur'' devient subitement progressif voire symphonique.

« Cease The Day » a autant des allures de caresses, de baisers passionnés que d'une plongée dans les tréfonds d'une âme tourmentée qui vient à se poser des questions existentielles sur le sens de sa vie et sur qui elle est. A croire que l'on peut être plusieurs entités à la fois sans pour autant en renier une, nous sommes un tout mais nous éprouvons divers sentiments selon les moments, voici comment on peut interpréter « Cease The Day ». On vous invite tout de même à vous faire la votre, histoire d'être certain. Pour faire un si bel album, il ne fallait pas que de talentueux musiciens, il fallait aussi un homme à la sensibilité particulière pour assurer le mixe et le master. C'est Frédéric Gervais (Orakle, Cor Serpentii) qui s'en est chargés dans son Studio Henosis et il faut avouer que le résultat est merveilleux.

Difficile de ne pas être dithyrambique face à un tel album, « Cease The Day » est absolument bouleversant de beauté et de puissance. In The Woods offre une suite des plus merveilleuses à « Pure » et prouve que son retour d'entre les morts n'a rien d'un come back pour le simple plaisir, mais que ce groupe si atypique avait encore beaucoup à dire et à faire. S'offrir plusieurs vies, c'est peut-être ça le secret pour explorer qui l'on est vraiment.

IN THE WOODS
Plus d'infos sur IN THE WOODS
Black Metal (early), Avant-garde/Experimental/Progressive (later)