Call of the Wild
The Bruce 666
Journaliste

POWERWOLF

«Powerwolf nous délivre une nouvelle fois un album pleinement maîtrisé et réussi.»

11 titres
Power Metal
Durée: 40 mn
Sortie le 16/07/2021
1375 vues

Powerwolf, c'est ce qui se fait de mieux actuellement, en terme de Power Métal, avec Sabaton. En effet, après avoir connu son âge d'or dans les années 2000, le style a peu à peu perdu de sa superbe et il est indéniable que ces deux groupes redonnent ses lettres de noblesses au genre. Il est effectivement difficile de passer à côté du combo allemand, ne serait-ce que par ces hymnes, à l'image du morceau 'Demons are Girl's Best Friends', présent sur l'album précédent, ''The Sacrament of Sin'', paru en 2018.

Pour ce nouvel opus, Powerwolf nous a délivré deux nouveaux hymnes, pour nous mettre l'eau à la bouche, sous forme de clips très théâtraux, comme à l'accoutumé.

Tout d'abord, on a eu droit à 'Beast of Gévaudan', puis 'Dancing with the Dead', tous deux très réussis et cochant tous les codes du groupe, à savoir une musique grandiloquente faite pour mettre en avant le charismatique Attila Dorn. Mention spéciale au deuxième extrait, qui est ma chanson préférée de l'album et tout simplement, un des tout meilleur single de l'année, en terme d'efficacité. Le refrain est carrément génial et reste en tête dès la première écoute.

Le jour de la sortie de ''Call of the Wild'', le groupe a publié une lyric vidéo, pour le morceau 'Blood for blood' qui s'avère être un excellent titre mais un léger ton en dessous de ces deux prédécesseurs.

D'ailleurs le cru Powerwolf 2021, regorge de bons titres. Je pense notamment à celui qui ouvre l'album, 'Faster Than the Flame' mais aussi, 'Call of the Wild' et 'Sermon of Swords'. On y retrouve avec plaisir, des refrains accrocheurs, véritable marque de fabrique du groupe, ainsi que des minis solos fort plaisants. A noter que l'un de mes coups de cœur revient à 'Varcolac', qui est une chanson vraiment entraînante. Les orchestrations sont très réussies sur l'ensemble du disque, mais mon particulièrement interpelées sur ce morceau. Sans oublier, 'Reverent of rats', qui clôture l'oeuvre avec brio.

Les amateurs de ballade apprécieront 'Alive or Undead', qui est plutôt réussi, il faut bien l'avouer.
Les allemands nous proposent une fois de plus, avec 'Glaubenskraft', un morceau dans leur langue natale. Personnellement, même si le titre tient la route, je ne suis pas emballé plus que cela. Le principal attrait étant ici de casser une certaine linéarité, qui a tendance à s'installer sur les albums du groupe.

Pour finir sur une touche humoristique, on en vient au titre évocateur, 'Undress to confess' dont le groupe est coutumier. On se souvient de 'Resurrection by Erection' sur l'album ''Bible of the Beast'' (2009). Au demeurant, il est plutôt plaisant à l'image de l'ensemble.

Que l'on aime ou pas le style de Metal que propose Powerwolf, force est de constater que la qualité est toujours au rendez-vous. Certains reprocherons aux Allemands de ne pas évoluer, les fans eux, savourons comme il se doit cette nouvelle offrande. Pour ma part, je trouve qu'ils ont trouvé une formule qui fonctionne à merveille et qu'ils auraient tort de s'en priver. En tout cas, ce qui fait le charme du métal, c'est qu'il y en a vraiment pour tous les goûts.