OERHEKS
Plus d'infos sur OERHEKS
Black Metal

Cagghenvinna
Enora
Journaliste

OERHEKS

« "Cagghenvinna" est un premier album plus que réussi pour Oerheks qui pose intelligemment les fondations de son univers. »

5 titres
Black Metal
Durée: 40 mn
Sortie le 15/08/2022
206 vues
AMOR FATI PRODUCTIONS

Alors qu'Aerdryk nous dévoile "Met De Drietand Op Mijn Huid", une formation toute aussi jeune et également hollandaise de Black Metal, Oerheks nous propose "Cagghenvinna", sa première offrande que nous découvrons sans plus tarder !

Alors que des riffs mélodiques de guitare accueillent l'auditeur sur 'Door Doornen Overtogen', la voix se met à hurler à la mort dans une veine plutôt old school qui complimente étrangement une ligne instrumentale relativement apaisée, si ce n'est glaçante de maîtrise. Ce premier morceau devrait mettre tout le monde en appétit pour ce qui arrive ensuite : 'Transmutatie tot het Edele'. Au premier abord, le morceau semble prendre une direction similaire au premier en mêlant une voix qui crie dans le lointain à des guitares délicates mais ces dernières ne tardent pas à prendre des accents plus menaçants. Brusquement tout s'arrête et nous nous retrouvons plonger dans une sorte de désert où des sons qui peuvent évoquer le vent nous parviennent, accompagnés d'une voix parlée. Le groupe affirme sa capacités à jouer avec les atmosphères et à susciter des images mentales complètes.

Plus lancinant et empli de douleur, 'De Oude Eik & Eindigende Lust' permet d'approfondir l'univers qu'Oerheks commence à bâtir devant nous avec cet album. L'auditeur qui souhaite enrichir son expérience auditive d'une expérience visuelle peut imaginer sans peine un ciel d'orage, des ruines cyclopéennes, des flots déchainés, et bien plus encore derrière ses paupières closes. 'Doorheen de Demervallei' met davantage la rythmique à l'honneur avec une vraie place laissée à la batterie ; mais les orchestrations sont l'autre élément essentiel sur lequel le groupe insiste. Aussi élégamment et puissamment qu'il a commencé, cet album s'achève sur les sept minutes de 'Stilte, deep één: Een Storm der Tijd'.

"Cagghenvinna" est un premier album plus que réussi pour Oerheks qui pose intelligemment les fondations de son univers. D'un point de vue musical, celui-ci s'appuie sur les contrastes entre une voix hurlée et des lignes très mélodiques aux guitares. Cette apparente simplicité se double d'une grande force évocatrice qui permet au groupe de nous faire discerner des paysages quasi-mythologiques à l'écoute de leurs morceaux.