ANGELUS APATRIDA
Plus d'infos sur ANGELUS APATRIDA
Thrash Metal
Chroniques

Cabaret de la Guillotine
Shades Of God
Journaliste

ANGELUS APATRIDA

«En 10 titres et 53 minutes, Angelus Apatrida fait une jolie démonstration de son talent en distillant un Thrash à la sauce Heavy percutant à souhait et pleins de maitrise »

10 titres
Thrash Metal
Durée: 53 mn
Sortie le 04/05/2018
8004 vues

C'est incontestable, Angelus Apatrida est devenu en quelques années un groupe qui compte dans notre paysage métallique. Il faut dire qu'avec des albums costauds et des performances scéniques ultra convaincantes, les Espagnols se facilitent la tâche. A l'heure de la sortie de leur sixième album, ''Cabaret de la Guillotine'', tous les feux semblent au vert pour qu'Angelus Apatrida s'impose encore un peu plus.

Depuis le 10 septembre 1977 la guillotine n'a plus tranché une seule tête en France, mais cet objet de mort continue de faire parler et de quelque part fasciner. Rassurez vous, à l'écoute de ''Cabaret de la Guillotine'' votre tête ne tombera pas, mais vos oreilles en prendront pour leur grade et votre nuque également. En 10 titres et 53 minutes, Angelus Apatrida fait une jolie démonstration de son talent en distillant un Thrash à la sauce Heavy percutant à souhait et pleins de maitrise comme il le font depuis leur début, l'expérience en plus. Il ne faut que le temps d'une intro à Angelus Apatrida pour faire parler la poudre, 'Sharpen The Guillotine' démarre ''Cabaret de la Guillotine'' sur une cadence soutenue grâce notamment à des riffs incisifs, un batteur en feu et de jolis soli plein de mélodie. Si 'Betrayed' ralentit quelque peu le tempo pour offrir davantage d'impact, 'Ministry Of God' et 'The Hum' mettent de nouveau en avant l'aspect Thrash des Espagnols, les parties guitares sont accrocheuses et naturellement provocatrices de headbangs. Pour sûr Angelus Apatrida a mis les petits plats dans les grands, on sent que ''Cabaret de la Guillotine a tout ce qu'il faut pour envoyer du lourd sans pour autant léser le côté mélodique, les titres défilent et chacun apporte sa pierre à un édifice totalement bâtit pour le live. Si le puissant 'Downfall Of The Nation' montre lui une autre facette du groupe avec un titre parfois plus lourd et Heavy dans l'âme, qui possède quelques touches çà et là du vieux Metallica, Angelus Apatrida revient vite sur un terrain plus Thrash avec les terribles 'One Of Us' et 'The Die Is Cast'. C'est d'ailleurs sur ce genre de titres qu'ils excellent et démontrent tout leur talent. Le petit bémol (malheureusement il y en a un) de ''Cabaret de la Guillotine'' se situe sans conteste dans les vocaux clairs de Guillermo Izquierdo qui sans être affreux (évidement) cassent un peu le rythme donné aux compositions. 'Farewell' en est une belle illustration, cette fausse balade n'a musicalement rien de ridicule, mais vocalement c'est un peu le flop, dommage, l'idée semblait judicieuse.

La guillotine ne fonctionne toujours plus, mais Angelus Apatrida fait revivre la lame le temps d'un album et de fort belle manière. Inspiré et puissant, ''Cabaret de la Guillotine'' séduira les fans du groupe et en amènera de nouveaux sans le moindre problème, la voie semble bien dégagée pour que les Espagnols s'imposent encore un peu plus.