Building Castles In Air
Morbid Domi
Journaliste (Belgique)

LUCID FLY

«Lucid Fly assume pleinement son identité et cela transparaît sur ce bien agréable premier album.»

10 titres
Alternative / Progressive / Rock
Durée: 44 mn
Sortie le 11/11/2016
3396 vues
AUTOPRODUCTION
Il y a des gens qui exercent des métiers très difficiles autant techniquement que physiquement et je prends pour exemple, la fonction d'astronaute.
Le groupe qui me préoccupe a trouvé sa source inspiratrice dans la carrière de Shannon Lucid, biochimiste, accessoirement astronaute à la NASA pendant 24 ans et âgée, aujourd'hui, de plus de 73 ans. La dame totalisait 5 missions, toutes réussies.
Alors que bien des gens regardent les étoiles, des artistes Américains admiraient la personne à la carrière bien remplie et, lors de sa toute première mission, mère de surcroît.
Grâce à l'histoire de cette femme, en 1996, un groupe de rock alternatif progressif allait choisir un nom directement lié : « Lucid Fly ».
Je ne cache pas mon admiration sur la pertinence de l'acte, loin des standards sélectifs à la « noeud noeud ».

Malgré la sortie de ce premier album, un élément me frappe, ces rockeurs spatiaux sont toujours inscrits dans le cadre de l'autoproduction. « Do it Yourself » semble être leur guide.

Au niveau de leur créativité, à partir de 2005, je relève 3 E.P. en 10 ans.
Rendez-vous compte, 9 ans d'expérience avant de pondre leur tout premier E.P. à 7 titres « Adapting To Gravity » en janvier de l'an 2005 !!! Franchement, cet E.P. que l'on peut intégralement écouter via Bandcamp est assez énergique, passionnant et bien ficelé.
4 ans plus tard, sortira le second E.P. à 5 titres, « The Escape Stage » qui montre une autre direction. C'est plus feutré, un peu plus pausé, moins mordant.
En janvier 2015, un nouvel E.P. de 3 titres, « Stasis » qui fuse dans un progressif plus maîtrisé. Le chant gagne en maturité.

Et, grâce au crowdfunding, voici ce premier album tant attendu, « Building Castles In Air », au choix de titre assez onirique.
Nos Californiens nous proposent 10 titres qui semblent former un tout. Oui, les philosophes présocratiques ont souvent insisté sur le fait que « Tout est Un ».

Au niveau du line-up, nous retrouvons 2 artistes déjà présents lors de la création du combo, la blonde chanteuse, Nikki Layne et le guitariste Doug Mecca. A leurs côtés, Aaron Ficca à la batterie. Pour le bassiste, je n'ai rien trouvé.

A l'écoute de cet album, j'observe un changement dans le chant de Nikki, devenu un poil plus dur, plus grave. Je ne retrouve pas la luminosité de l'âme qui occupait « Adapting to Gravity ».
Ceci dit, ce chant est mordant, engagé et convient bien avec l'ambiance musicale qui est assez fouillée comme le démontre « Billowy and Broken » capable de prendre une belle hauteur et de nous plonger dans des espaces plus softs. L'agressivité du riff est au rendez-vous et c'est assez agréable tout comme « Mascot », le morceau qui suit.

Un titre m'apparaît assez intéressant « Follow Through » par son début plus prenant, plus énervé dans un registre nu métal. L'ambiance se calme vite dans un aspect plus introspectif. C'est prenant.

S'ensuit « Visions of Grandeur » qui comporte un beau travail musical. Nous avons un chant plus « Evanescent ». Le refrain vous jette au ciel. Cette piste est agréable. Sur la batterie, nous captons des relents jazzy.

« The Opposite » s'en va dans une atmosphère plus tendre, moins rugueuse, nous montrant un autre visage de Lucid Fly tout comme son homologue « No I in Voice ». Je repense aux comparaisons faites antan avec A Perfect Circle et Riverside, oui, il y a de ça, mais je pense que le groupe montre depuis tout ce temps qu'il possède sa propre griffe.

J'ai plus de mal sur « Next to Strange » et « Ribbons » qui restent dans la même lignée. J'aurais aimé plus de diversification et me surprends même à imaginer ce groupe avec des nappes de synthé en toile de fond.

J'apprécie par contre, « Circles into Squares » qui se montre plus habité et teinté d'un apport plus mélodique.

Globalement, Lucid Fly nous montre sur « Building Castles In Air » qu'il maîtrise son propre univers, offrant une musique techniquement intéressante, transcendée par un chant plus mature.
Les fans de rock alternatif se doivent de découvrir cet album de qualité car ils y trouveront bien des sensations.
Pour ma part, je reste plutôt fan de la synergie présentée jadis sur « Adapting To Gravity ».

Encore bravo pour l'artwork de la pochette, il est en parfaite adéquation avec l'esprit du combo.

Morbid Domi (Novembre 2016)
LUCID FLY
Plus d'infos sur LUCID FLY
Alternative / Progressive / Rock