BRANT BJORK
Plus d'infos sur BRANT BJORK
Stoner Rock
Chroniques

Brant Bjork
Fred H
Journaliste

BRANT BJORK

«Galette éponyme signée Brant Bjork qui ne décevra pas les afficionados de Stoner rock US et du Monsieur»

8 titres
Stoner Rock
Durée: 37'50 mn
Sortie le 10/04/2020
147 vues
Un an (à quelques jours près) après son « Jacoozzi » (œuvre quasi exclusivement constituée de jams instrumentaux), Brant Bjork s’en revient. L’homme ne s’arrête jamais, on le sait. Non content de parcourir le globe pour des concerts et de bosser sur des rééditions de ses rondelles passées (le cultisme « Jalamanta » entièrement retravaillé fin 2019 pour fêter ses 20 piges, re-sorties imminentes de « Punk Rock Guilt » et « Gods & Goddesses »), The Dude of Dudes à trouver le temps d’écrire et de mettre en boite un nouvel opus studio (sans titre).

Une fois encore, notre multi-instrumentiste aux nombreux couvre-chefs (bonnet, chapeau) et autres bandanas s’est occupé de tout (chant, guitares, basse, batterie et production). Il a seulement laissé l’enregistrement et le mix au toujours fidèle Yosef Sanborn et le mastering à John McBain (ex-Monster Magnet). De l’aveu de l’intéressé, cet effort lui a permis de révéler sa « vraie nature créative ».

Alors, oui, c’est vrai, à bien y regarder/écouter, il n’y a (toujours) rien de vraiment neuf sous ce sacré soleil californien. Et alors ? Le style Brant Bjork est toujours là. C’est du Stoner Funk Rock de qualité (parce que parfaitement goupillé) qui nous est proposé. La « cool attitude » de l'ex batteur de Kyuss et Fu Manchu transparaît de partout. Il faut dire que l'américain s'y connaît dans le genre riffs simples et pourtant si planants qui vous rentrent délicatement dans le crane ('Mary (You're Such A Lady)').

Il découle de toutes ces plages une sorte de nonchalance tranquille ('Jungle In The Sound'). Le groove y est omniprésent et des plus diabolique ('Cleaning Out The Ashtray'). Grâce à une rythmique grassouillette ('Duke Of Dynamite') et un fuzz de gratte malin (vive les effets pédales de wah-wah par ci par là), on se laisse attraper ('Shitkickin' Now'). On se surprend à dodeliner du chef (et en cadence s'il vous plaît) embarqué par ces sonorités seventies ('Stardust & Diamond Eyes') et cette chaleur en provenance du Palm Desert. Au milieu de de ces notes jouées en boucle jusqu’à l’hypnose, le chant de Brant se fait sensuel, bienveillant et swing de désinvolture ('Jesus Was A Bluesman', 'Been So Long').

Bien qu’elle ne recèle aucune véritable surprise, cette galette éponyme signée Brant Bjork est une nouvelle offrande qui ne décevra pas les aficionados de Stoner rock US et du Monsieur. Décapsulez-vous une bière bien fraîche, ajoutez-y une tranche de citron vert, affalez-vous dans votre hamac sous une tonnelle, et laissez votre esprit et vos portugaises vagabonder dans le désert.