BOREALIS
Plus d'infos sur BOREALIS
Melodic/Power Metal

The Offering
Fred H
Journaliste

BOREALIS

«Concept album cohérent, maîtrisé avec quelques originalités bienvenues ici ou là»

12 titres
Melodic/Power Metal
Durée: 61'20 mn
Sortie le 23/03/2018
6465 vues

Depuis la parution de Purgatory courant 2015, les canadiens de Borealis (raccourci de Aurora Borealis = Aurore Boréale) ne se sont pas vraiment tournés les pouces. Épaulé par leur label AFM Records, le quinquet a décidé de sortir des versions réenregistrées et remixées de leurs deux premières galettes. Ainsi, World Of Silence (rebaptisé pour l'occasion World Of Silence MMXVII) et Fall From Grace ont pu bénéficier d'une seconde jeunesse avec une qualité de son et une distribution dignes de ce nom. Comme Sean Dowell, l'homme derrière les fûts, possède son propre studio cela permet à nos amis d'Orangeville de mieux maîtriser le processus de réalisation/mixage/mastering de leurs oeuvres.
Malheureusement, tout n'est pas toujours simple dans la vie d'un groupe. Ainsi, dans l'intervalle, le bassiste originel Jamie Smith à quitter ses copains pour raisons personnelles mais n'a pas tardé à être suppléer par Trevor McBride. De son côté, le six-cordiste Ken Fobert qui était parti en 2011 est de retour au bercail suite au départ de Michael Briguglio qui l'avait lui-même remplacé à l'époque.

Bref, les cinq larrons reviennent donc en super forme pour leur quatrième opus. The Offering raconte l'histoire de la création, l'ascension et la disparition définitive d'un culte qui pratique le sacrifice humain, plus spécifiquement celui des enfants. Les membres de cette secte sont persuadés que cette croyance et ces oblations mettront un terme à la souffrance de l'humanité. Ben voyons.

Nos canadiens demeurent toujours fidèles à leur metal mélodique efficace aux accents parfois progressifs. Entre le chant puissant de Matt Marinelli, les nappes de claviers saupoudrées comme il faut, les riffs de guitares envoyés pleines faces, la double grosse caisse tonitruante et les rythmiques pas en reste, rien ne manque.
Dès l'intro ''The Fire between us'' ça envoi du lourd. Les choeurs en appuis apportent une ambiance aérée au morceau. Même combat avec ''Sign of No Return'' qui déboule après quelques notes qu'on croirait juste sorties d'un film d'horreur.
Les bonnes surprises s'enchaînent alors avec la chanson éponyme, ''River'' et son ambiance pesante puis sur le percutant ''The Second Son''. Pas mal du tout.
Une petite sucrerie pour calmer le jeu ? La presque ballade ''The Devil's Hand'' est alors pour vous. Démarrage tout tranquille, chant planant, jolie gratte acoustique, violon, …. et finalement quelques emballements sur la fin. On ne se refait pas. ''Into the Light'' débute elle aussi paisiblement avant de finir là encore dans le tumulte et la fureur tandis que ''Scarlet Angel'' se veut plus mélancolique… plus sombre. La chanteuse Sarah Dee (compatriote et membre du trio Solarus) partage les vocaux (comme sur la dernière piste) avec Matt pour un résultat du meilleur effet.

Pour le dernier tiers du skeud, après un ''The Awakening'' plutôt classique, les grosses guitares endiablées et les soli ravageurs reviennent à l'assaut avec ''The Path''. ''Forever Lost'' enfonce le clou dans ce même bois metal furieux avec son rythme énervé et son refrain entêtant. Avec ses presque neuf minutes, ''The Ghosts of Innocence'' offre un climax pour le moins explosif.

Force est de constater que le combo laisse à chacun le moyen de s'exprimer sur ce The Offering. Borealis signe un concept album cohérent, maîtrisé avec quelques originalités bienvenues ici ou là. Vous voilà prévenus.