Blasphemy Awakes
Enora
Journaliste

THORIUM

«« Blasphemy Awakes », un album qui surprend par sa constance tant la qualité de chaque morceau le rend indispensable ; 10 ans après « Feral Creation », Thorium semble être au meilleur de sa forme»

12 titres
Death Metal
Durée: 40 mn
Sortie le 01/06/2018
2944 vues

Thorium est un groupe dannois créé en 1997 autour de MHA au chant, Kræn Meier et Jens Peter Storm aux guitares et Perra Karlsson à la batterie depuis 2017. Malgré une carrière longue dans le temps, le groupe n'a que trois albums à son actif puisque « Feral Creation » date de 2008. Voyons si « Blasphemy Awakes » en est le digne successeur !

L'ouverture est brève, robotique mais claire, tout comme la voix qui dit simplement « Metal Meltdown » et qui sert finalement d'introduction au monstrueux riff de « Penance », soutenu par une batterie que rien ne peut arrêter dans sa course infernale. Le scream caverneux de MHA apporte une bonne dose de démence à ce premier morceau qui se révèle extrêmement entraînant et prometteur ! Le groupe est totalement investi à une seule tâche : nous absorber dans leur univers, et ça marche ! Vous vous attendiez à du simple Death Metal ? Perdu. Thorium incarne tout ce qu'il y a de plus mélodique et violent dans le genre. Pas le temps de souffler, on enchaîne avec « Depravity ». vous vous en doutez peut être, tout est dans le titre. La chanson débute néanmoins de façon bien plus lente et mesurée que la précédente. La basse s'avère être un pilier essentiel au titre, contrebalançant le scream plus aigu et traditionnel. Les talents de batteur de Perra Karlsson sont pleinement exploités avec des passages tantôt rapides, tantôt dans la puissance pure. A certains moments, le titre donne presque dans le Black Metal, mais je vous laisse juger.

La basse qui ouvre doucement et de façon inquiétante « Maniac » n'aurait pas pu être plus grasse, même dans nos rêves les plus dérangés. Et l'ensemble de la formation suédoise se calle dessus puisque la batterie ralentit incroyablement et que les guitares de Jens Peter Storm et Kræn Meier s'accordent pour nous entraîner sur des chemins intrigants. Deux voix semblent se répondre sur ce morceau des plus originaux. « Slow Deep and Dead » revient vers quelque chose qui pourrait sembler plus caractéristique mais Thorium possède décidément une patte unique au point de rendre chaque morceau lourd sans renoncer à l'aspect technique et virtuose. L'alternance se fait ici entre calme apparent et scream maîtrisé, et folie explosive sur un fond de riffs énergiques et violents à souhait. Le « Possessed by evil ! » sonnerait presque avec un petit côté Kreator. La batterie reprend la main avec « Trust No One », un morceau où la ligne instrumentale déchaîné semble n'être contenue que grâce aux screams de MHA. Le titre éponyme n'a rien de transcendant mais ne fait pas tâche puisque Thorium y déploie, une nouvelle fois, tout un arsenal de brutalité pure et de mélodies bien ficelées.

La rythmique chaloupée de « Whispers From The Grave » semble être l'essence même de la chanson, empruntant presque au Deathcore sur certains aspects. C'est une des grandes forces de Thorium : rester ouverts d'esprits et emprunter à d'autres genres très divers tout en attirant ces influences dans leur univers musical pour en faire un mélange gras mais jamais fade. La cover de Demigog (groupe finlandais de Death Metal formé en 1990), « Dead Soul » (issue de l'album « Slumber of Sullen Eyes », sorti en 1992 via Drowned Productions), sonne comme une version propre de l'originale, avec peut être un scream moins sombre, et une rythmique plus poussée, mais le reste y est presque intact alors ne vous en privez surtout pas ! Des voix fantomatiques semblent se superposer aux riffs de guitare sur « Reign of Osman », un morceau qui demeure mystérieux et étrangement apaisant, comme s'il nous faisait planer. Thorium garde ses mystères et on se complaît dans cette étrange atmosphère. La guitare s'offre une envolée mélodique de toute beauté et qui nous permet de prendre une respiration avant de replonger dans les méandres tortueux de cette chanson. Rigueur militaire et scream sorti des profondeurs du monde pour le petit bijou que se révèle être « Tengil ». La surpuissante « Under The Black Skies » signe la fin de cet album, et il ne vous reste plus qu'à foncer l'écouter !

« Blasphemy Awakes » est un album qui surprend par sa constance tant la qualité de chaque morceau le rend indispensable et parfaitement à sa place. Dix ans après « Feral Creation », Thorium semble être au meilleur de sa forme ! On attend de profiter de ce bijou de création en live !

THORIUM
Plus d'infos sur THORIUM
Death Metal