ILDVERDEN
Plus d'infos sur ILDVERDEN
Black Metal

Black Midnight follows me
Anibal BERITH
Journaliste

ILDVERDEN

9 titres
Black Metal
Durée: 64 mn
Sortie le 13/10/2015
3981 vues
Le Black Metal est à l'honneur en ce moment sur United Rock Nations avec de belles sorties, toutes plus originales les unes que les autres et surtout de toute origine. Jusque là, ce style musical était la chasse gardée des scandinaves et aujourd'hui il s'exporte car il est une façon artistique de s'exprimer, un état d'esprit.

Aujourd'hui, j'ai envie de vous faire connaître un groupe ukrainien qui officie dans un Black Metal old school depuis 2007. Sous l'impulsion de Kvolkaldur, formant l'unique composante du line-up, est né ILDVERDEN en Crimée à Simferopol. Grâce à son génie musical et une tâche ardue à la création et à la composition en solo , Kvolkaldur nous offre un petit joyau musical. (Rappelez vous, un certain Chuck Schuldiner, fondateur du mythique groupe de Death Metal DEATH, avait fait de même avec « Human »).

Notre métalleux est loin de se reposer sur ses lauriers puisque « Black Midnight Follows Me » est son 4ème rejeton. Il fait suite à 3 albums qui ne sont jamais sortis officiellement et en total free-access (« Ildverden », Path To Eternal Frost And Fire » et le 3ème non traduit et totalement écrit en ukrainien).

Première surprise lorsque l'on prend connaissance des titres de la galette est qu'il n'y en a que 5 !! C'est un EP....et bien non, il s'agit bien d'un album et les 5 titres s'étalent sur plus d'une 1 heure !!! (64'19'' pour être précis). Même si je m'avance un peu je qualifierai cet album d'expérimental. Autant vous dire que le combo en a des choses à nous dire et de façon très variée puisque le morceau le plus court fait 8'06'' (le second titre) et le plus long 21'34'' (le 3ème). Cet album étant comme son prédécesseur écrit en ukrainien et non traduit.

Kvolkaldur maîtrise son art à la perfection et une pluralité d'instruments qu'il saura mettre en harmonie pour nous offrir une musique sombre et glaciale. Son Black Metal old school est ténébreux et glauque à souhait tout en combinant mélodie et brutalité.

L'intro par le craquement du diamant sur le vinyle est très vintage ; le synthé offre une atmosphère spatiale et tout d'un coup c'est le déversement de la colère au doux son d'une guitare aux riffs saturés accompagnés de blasts dévastateurs qui font que le Black Metal est et restera brutal. La mélodie de l'intro composée au synthé sera reprise en version électrique et accompagnera le morceau dans sa longueur (11'02'' tout de même) avec des variantes et notamment un effet musical angoissant digne d'un film d'épouvante. Le texte chanté en ukrainien avec une voix typiquement Black Metal accentue cet effet et rend le morceau démoniaque.

La suite de l'album de part ses compositions longues et variées adoptera le même type de structure musicale explorant ainsi mélodie et brutalité, lourdeur des riffs et rapidité des blasts. L'ambiance glauque et glaciale si chère au Black Metal restera le fil rouge de cette heure ténébreuse dont les thèmes abordés prônent l'obscurité, le paganisme et l'anti-christianisme.

Une note particulière pour le 3ème titre qui dure toute de même 21'34'' et qui très honnêtement ne se sent pas passer tellement c'est bien écrit et varié. Morceau très instrumental débutant par une bruine sur fond d'orage menaçant afin de bien plomber l'ambiance. Un riff bien black lancinant vous envoûte et le texte revenant de façon régulière font que l'ennui ne s'installe pas et que l'on souhaite en entendre plus afin de découvrir vers où l'auteur souhaite nous emmener. De nombreux changements de rythme créent ainsi une ambiance changeante et évolutive maintenant ainsi le côté sinistre du morceau avec quelques pointes d'éclaircies. Faux espoir, les ténèbres reprendront rapidement le dessus. Les riffs tranchants et les blasts dévastateurs enfonceront le clou pour terminer sur fond de pluie.

La fin de l'album est encore plus sinistre avec le titre éponyme dont l'ambiance est pesante puis la 5ème et dernière piste à l'atmosphère de fin du monde où la vie semble avoir disparu et que tout s'arrête là brutalement.

Par cette 4ème création, ILDVERDEN s'affirme comme un maître du Black Metal macabre. Ayant tout composé seul, Kvolkaldur est un artiste complet et accompli. « Black Midnight Follows Me » entraîne l'auditeur vers une obscurité glaciale si profonde qu'il sera difficile de refaire surface.