BEYOND CREATION
Plus d'infos sur BEYOND CREATION
Progressive/Technical Death Metal

Algorythm
Enora
Journaliste

BEYOND CREATION

«« Algorythm », un album à travers lequel Beyond Creation réaffirme sa domination sur la scène Progressive Death Metal avec une maîtrise absolue et une technicité à couper le souffle mais qui manque parfois d'émotions »

10 titres
Progressive/Technical Death Metal
Durée: 50 mn
Sortie le 12/10/2018
3339 vues

Beyond Creation est un groupe désormais plus qu'établi sur la scène Prog Death, mais pour les nouveaux venus, faisons quelques présentations ! Le groupe voit le jour en 2005 au Canada mais il faut attendre 2011 pour qu'un premier album, « The Aura », soit enregistré. En 2013, le groupe signe chez Season Of Mist et sort « Earthborn Evolution » deux ans plus tard. Après de très nombreuses tournées, Beyond Creation est retourné en studio pour nous préparer un nouvel album : « Algorythm » que nous allons découvrir sans plus tarder.

‘Disenthrall' est une introduction impérieuse mais progressive qui pose lentement le décor dans lequel Beyond Creation s'apprête à nous emporter. Des sons de cordes angoissants répondent à des cuivres guerriers sur fond de rythmique martiale : rien n'est laissé au hasard et on s'empresse de poursuivre avec ‘Entre Suffrage Et Mirage' où l'association de la guitare de Kevin Chartré à la batterie de Philippe Boucher nous plonge dans l'univers Prog/Tech Death du groupe qui nous est de plus en plus familier. A des constructions complexes s'ajoutent des éléments mélodiques extrêmement soignés, le tout sur un fond de basse qu'on devine et qui semble être la signature du groupe. Après quelques notes mystérieuses et délicates, Beyond Creation nous offre une chanson marquée par des contrastes, autant musicaux que d'atmosphère, puissants avec ‘Surface's Echoes'. Les guitares font des merveilles sur un solo qui promet un album de haute volée ! Totalement opposé à ce que le groupe nous a proposé jusque là ‘Ethereal Kingdom' nous parvient comme une offrande divine dont on se délecte lentement, suivant le tempo d'abord lancinant d'une ligne musicale d'une incroyable sobriété qui met en avant la batterie avant de prendre un chemin plus puissant et hypnotique. Vous connaissez déjà sans doute le morceau éponyme de ce troisième album des Canadiens, dévoilé il y a quelques mois déjà ; mais on ne se priverait pour rien au monde de réécouter cette création fleuve de près de huit minutes !

‘À Travers Le Temps Et L'Oubli' est un superbe interlude au piano dont on ne se priverait pour rien au monde : un indispensable de l'album en particulier pour ceux qui regrettent que la technicité prenne parfois autant le pas sur la sensibilité. La basse de Hugo Doyon-Karout est finalement mise en avant grâce au groove de ‘In Adversity' qui propose également de superbes passages solo à la guitare, réponses aériennes et divines au scream monstrueux de Simon Girard qui nous offre un aperçu de sa large palette vocale. L'entêtante et très construite ‘The Inversion' prend le relais. La chanson a été dévoilée via un clip il y a quelques temps mais sa ligne de guitare est toujours aussi séduisante, d'autant plus qu'en presque huit minutes, Beyond Creation prend son temps pour emporter l'auditeur dans un univers parallèle d'une richesse incroyable. Si les premiers morceaux peuvent sembler froids et vides, privilégiant la virtuosité aux émotions, cette fin d'album rééquilibre la balance. ‘Binomial Structures' est bien plus progressif dans le sens où la chanson, uniquement instrumentale, semble s'ouvrir peu à peu à nous après plusieurs étapes qu'il faut savoir apprécier une à une avant d'obtenir une vue d'ensemble du morceau dans toute sa complexité. Et on finit avec l'effrénée et majestueuse ‘The Afterlife'…

« Algorythm » est objectivement un bon album à travers lequel Beyond Creation réaffirme sa domination sur la scène Progressive Death Metal avec une maîtrise absolue et une technicité à couper le souffle, mais on peut néanmoins regretter la retenue émotionnelle du groupe ; surtout quand on voit les pépites qui sortent dans le genre comme ‘Idol' d'Horrendous, véritable bijou combinant sensibilité et virtuosité.