War In My Mind
Fred H
Journaliste

BETH HART

«Beth Hart propose à nouveau un opus varié et pourtant totalement cohérent. Ne passez pas à coté de ce disque aussi beau qu'intense.»

12 titres
Rock
Durée: 52'08 mn
Sortie le 27/09/2019
3001 vues
Que de chemin parcouru pour Beth Hart depuis ses débuts discographiques (1993) et son premier gros hit « LA Song (Out of this Town) » paru 6 ans plus tard (et qui finira dans le top 5 US). Ces dernières années, en plus de sa collaboration fructueuse (3 efforts studio et un live en seulement 8 piges) avec le chanteur-sixcordiste Joe Bonamassa (Black Country Communion), l'américaine a fourni des disques de qualité et des prestations scéniques mémorables. Le public et les professionnels ne s'y sont d'ailleurs pas trompés. La californienne a déjà raflé 4 récompenses (3 Blues Blast Awards en tant qu'artiste féminine et 1 Grammy en tant que vocaliste). Pas mal, non ?.

C'est notoire, l'américaine s'investit personnellement dans ses oeuvres. Elle nous parle d'elle, de ses blessures, de sa vie. Une fois encore, elle partage ses secrets les plus noirs. Dixit l'intéressée ''Je me suis plus ouverte, bien plus que sur les albums précédents. J'ai parcouru un long chemin vers la guérison mais je suis maintenant beaucoup plus à l'aise avec mon côté sombre qui me faisait honte auparavant mais aussi avec tout ce qui me fait me sentir bien''. Beth se confie sur ses fêlures (le poignant 'Sister Dear' sur sa frangine disparue), ses hauts et ses bas du quotidien, ses anciennes addictions aux drogues, sa période de désarroi durant cette période de dépendance (le titre éponyme et ses lignes de piano envoûtantes), ses troubles bipolaires, son paternel, etc. Grâce à la religion et à la méditation transcendantale, miss Hart a repris le contrôle de son existence et de ses problèmes médicaux.

A 47 printemps, l'auteur-compositeur-interprète semble sereine et confiante. A l'instar de ses autres galettes, refusant encore et toujours de s'enfermer dans un seul genre, l'artiste alterne les styles. Le successeur de « Fire On The Floor » (2016) oscille entre rock ('Bad Woman Blues'), accents hispaniques ('Spanish Lullabies' … rien à voir avec 'La Isla Bonita' de Madonna), éléments gospel ('Let It Grow' qui met au bord des larmes), sonorités jazz blues (la ballade centrée piano/voix 'Without Words In The Way') et même soul / R'n'B (le groovy 'Try A Little Harder'). La prod' commise par le légendaire orfèvre Rob Cavallo (Green Day, My Chemical Romance, Dave Matthews Band, Goo Goo Dolls) s'adapte parfaitement à ce maelstrom de couleurs musicales. Loin d'être outrageusement démonstrative vocalement (bien au contraire), l'étasunienne nous transporte – avec sa magnifique voix et des mélodies touchantes - dans un mélange de force, de conviction mais aussi de vulnérabilité ('Thankful'). On tangue entre ombres et lumières, on se balade entre instants mélancoliques (le déchirant 'Woman Down', les tout en émotion 'Rub Me For Luck', 'I Need A Hero')) et énergie positive (le pop rock 80's 'Sugar Shack'). La chanteuse s'offre, dévoile son coeur... son âme… sans retenue. L'ensemble est rempli de poésie, de sensibilité à fleur de peau. On ressent la sincérité d'une musicienne impliquée qui ne cache rien et qui se livre totalement.

Avec ce « War In My Mind », Beth Hart propose à nouveau – mais on commence à en prendre l'habitude – un opus varié et pourtant totalement cohérent. Ne passez pas à coté de ce disque aussi beau qu'intense.