Obscene Repressed
Anibal BERITH
Journaliste

BENIGHTED

«Benighted s'affirme comme le maître incontesté et incontestable du "Brutal Metal Extrême" »

12 titres
Death Metal
Durée: 38 mn
Sortie le 10/04/2020
1259 vues

La sortie d'un album de Benighted est toujours un événement incontournable ! Voilà plus de 20 ans que le groupe français, dont seul le frontman, Julien Truchan, est rescapé de la formation d'origine, officie dans un death metal / deathcore très brutal et ne cesse d'élever son niveau de bestialité !
Avec un line-up stable depuis 2017, soit depuis ''Necrobreed'' qui a fait exploser le groupe dans les charts mondiaux engendrant d'incessantes tournées autour du globe, le quintet ne compte pas s'arrêter là et nous dévoile en ce mois d'avril confiné sa neuvième galette avec aux commandes l'intrépide Emmanuel Dalle (guitariste et compositeur).

Disposant de l'album depuis quelques semaines déjà, je ne vous cache pas ma déception lors de mes premières écoutes. J'ai eu beau me le passer en boucle, je n'en croyais pas mes oreilles, rien à faire ! Impossible d'accrocher. Je l'ai mis de côté et m'y repenche sans grand enthousiasme le jour même de la rédaction de cette chronique et enfin le déclic !
Je m'attendais à retrouver l'ambiance malsaine du précédent opus mais "Obscene Repressed" ne propose par cette alternative sur ces 12 pistes; il offre quelque chose de différent et de neuf en diffusant quelque chose de plus éclectique et de plus rentre dedans ! Certainement dû au fait que ''Manu'' n'a eu que trois mois pour le composer et que la pression était à son paroxysme !
Comme à l'accoutumée, pour les textes, Julien, infirmier psy, s'inspire de cas réels rencontrés dans l'exercice de sa profession pour laisser sa plume s'exprimer; l'univers sordide de ses contes, pour adultes avertis, colle parfaitement avec les riffs féroces et acérés de Manu et les blast beats dévastateurs du prodigieux batteur Kevin Paradis.
Ce matériel parle de la folie d'un jeune garçon, Michael, atteint d'une malformation physique : une fente palatine démesurée rendant son visage totalement difforme. Ce dernier inspirant un sentiment de honte irrépressible pour sa mère, cette dernière, bien que l'aimant profondément, le cache à la vue des gens, créant dans l'esprit de l'enfant un sentiment à la fois de rejet et d'amour dépassant celui du complexe d'Oedipe, puisque le gamin éprouve une attirance sexuelle pour sa mère ! Maltraité par son père du fait de son handicap visuel, Michael en vient à penser que sa malformation est clairement un acte prémédité de son père lors de sa conception afin d'être rejeté par sa mère !
Ca tourne pas rond dans la tête de Michael et ça se ressent à travers la musique du quintet qui délivre puissamment le mal-être que vit le personnage principal de ce concept-album !
Il suffit d'écouter l'agressivité et les parties de guitares torturées de 'Nails' et 'Brutus' pour réaliser l'enfer psychologique du patient atteint de cette démence ! Chaque titre offre son lot de violence et de destruction sonore décrivant subtilement la descente du sujet en enfer !
Apportant plus d'influences que sur l'opus précédent , ne soyez pas étonnés de l'éclectisme sonore, parfois déroutant, que vous allez prendre en pleine face ! Manu passe aisément du djent au grindcore en insérant des plans acoustiques saupoudrés de passages jazzy et progressifs, le tout sous une déferlante de blast beats, tempérés, rarement, de mid tempo lourds et assassins. A cette recette maléfique, vous ajoutez LA touche hardcore bien sévère, chère à Julien, et des invités de renom par les apparitions de Sebastian Grihm (Cytotoxin) sur 'The Starving Beast', Jamey Jasta (Hatebreed) sur 'Implore the Negative' et Karsten Jäger (Disbelief) sur 'Mom, I Love You the Wrong Way' et vous obtenez un nouvel album novateur qui repousse les limites de la violence musicale tout en restant compréhensible et différent !

Avec ce neuvième opus, Benighted s'affirme comme le maître incontesté et incontestable du "Brutal Metal Extrême" en apprivoisant efficacement, le concept d'une histoire sordide par des textes écrits intelligemment et une musique solidement composée mettant en valeur cette tragédie !

Tracklist :

1. Obscene Repressed 02:26
2. Nails 03:21
3. Brutus 02:49
4. The Starving Beast 03:07
5. Smoke Through the Skull 02:59
6. Implore the Negative 04:05
7. Muzzle 02:43
8. Casual Piece of Meat 04:04
9. Scarecrow 02:57
10. Mom, I Love You the Wrong Way 03:56
11. Undivided Dismemberment 02:28
12. Bound to Facial Plague 03:29