Barricade
Fred H
Journaliste

VERNI

«Excellente surprise mélangeant metal et classic rock. Un vent de fraîcheur, fédérateur, mélodique et pas prise de tête. »

10 titres
Metal
Durée: 48'05 mn
Sortie le 10/10/2018
2429 vues

Depuis maintenant trois décennies et demi le nom de D.D. Verni (en vrai il se prénomme Carlo) est indissociable du plus célèbre gang de thrashers du New Jersey… Overkill. Dix-huit skeuds dévoués d'une manière indéfectible à ce genre cela mérite le respect. Profitant d'un moment de calme avec son fameux combo (et de son autre groupe un peu moins connu The Bronx Casket Co. et ce malgré quatre méfaits au compteur), notre bassiste décide de sortir son premier album en solo. Plutôt que de s'octroyer tous les postes/instruments, D.D. ‘Blaze' a finalement décidé de passer quelques coups de fils pour voir si certains (amis ou non) seraient intéressés pour partager l'aventure. Pour les parties de batterie, Ron Lipnicki, qui a officié chez les adeptes du « !!!Fuck You!!! » de 2005 à 2017, a été recruté. Ensuite, pour diversifier son propos, notre lascar a contacté une tripoté de sixcordistes réputés. Jugez plutôt : Jeff Loomis (Arch Enemy, ex-Nevermore), Angus Clark (Trans Siberian Orchestra), Jeff Waters (Annihilator), Bruce Franklin (Trouble), Mike Romeo (Symphony X), Mike Orlando (Adrenaline Mob), Steve Leonard (Almost Queen) et Andre « Virus » Karkos (Dope). Pas mal, non ?!.

Levons le doute tout de suite. Celles et ceux qui penseraient que cette « Barricade » (vient du fait qu'il aime s'enfermer seul dans son home studio pour composer librement et ce sans relâche ni AUCUNE distraction extérieure) n'est qu'un simple recueil de chutes de ses autres productions se mettent le manche de guitare dans l'oeil. Bien sûr, on trouve quelques riffs thrash (‘(We are) The Broken Ones') voire punk qui auraient pu convenir à qui-vous-savez. Comme on ne se refait pas (enfin pas trop), plusieurs titres sont metal à souhait, bien heavy (le très énergique et intense ‘Fired Up', la claque ‘The Party Of No'). Derrière les fûts, Ron cogne FORT (‘Night of the Swamp King') et visiblement il adore cela. Chacun des gratteux prestigieux a pu apposer sa paluche sur les compositions que leur a transmis ce bon vieux D.D. (qui avoue avoir apprécié ce processus de création à distance).

Les chansons se succèdent sans déplaisir. Des accents des Misfits (‘Miracle Drug') par ci, des sonorités à la Pantera (‘Off My Leash') ou autre Volbeat (‘Slow my Ride') par là. Le pote de Bobby ‘Blitz' Ellsworth semble bien à l'aise derrière le micro. « Le chant, c'est assez nouveau et amusant, je n'ai pas beaucoup l'occasion de faire ça ». On acquiesce, il ne se débrouille plutôt pas mal le bougre. On peut même dire qu'il a le chic pour pondre quelques refrains accrocheurs plutôt bien sentis (‘Lost In The Underground', ‘Heaven Calling'). La ballade du disque (‘We Were Young') se démarque quelque peu avec sa mélodie sixties façon Beatles et ses parties de piano qui font penser à sa majesté Queen.

Mixée et masterisée par Chris ‘Zeuss' Harris (Rob Zombie, Hatebreed, Queensrÿche), cette « Barricade » est une excellente surprise mélangeant metal et classic rock. Un vent de fraîcheur, fédérateur, mélodique et pas prise de tête. Une bonne galette qui va nous faire patienter en attendant la prochaine livraison de la chauve-souris à tête de mort ailée.